L’OTAN derrière un site Internet de chasse aux sorcières en Ukraine

Réunion dans un centre de cyber sécurité de l’OTAN
Réunion dans un centre de cyber sécurité de l’OTAN

Un site internet ukrainien controversé disséminant des informations personnelles relatives aux «ennemis de l’Etat» serait géré depuis Tallinn par l’unité de cyberdéfense de l’OTAN. Face au scandale, le site est passé hors ligne ce samedi.

Il a été révélé que le Centre conjoint d’excellence de cyberdéfense de l’OTAN [СCD-COE] fournissait un soutien à Mirotvorets, un site internet opéré par des nationalistes ukrainiens avec une base de données sur «les ennemis de l’Etat».

L’information qui est disponible sur DomainTools, «leader du nom de domaine, DNS, du renseignement open source sur les cyber menaces et des produits et données à l’attention des experts en cybercriminalité» est décisive : le déclarant du site Mirotvotets s’avère être «OTAN СCD-COE» et son employé, Oksana Tinko, réside apparemment à Tallinn, capitale de l’Estonie. L’adresse du déclarant coïncide avec l’adresse du СCD-COE : Filtri tee 12, Tallinn 10132, Estonie.

Capture d'écran, http://whois.domaintools.com
Capture d'écran, http://whois.domaintools.com

En mars 2014, on a rapporté dans les médias que 16 employés de CCD-COE ont été détachés à Kiev pour fournir un soutien à l’Ukraine en matière de cyber sécurité.

Le groupe hacktiviste CyberBerkut, opposé aux autorités ukrainiennes dès le début du mouvement Euromaïdan en 2013, a revendiqué la neutralisation de trois sites de l’OTAN dans une série d’attaques DDoS il y a un an. CyberBerkut dit également avoir mis hors service le site principal de l’OTAN (nato.int) ainsi que les sites du СCD-COE et de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN.

Les hacktivistes déclarent qu’ils répondent aux actions du «cyber-centre de Tallinn» (c’est-à-dire du CCD-COE), débauché par «la junte de Kiev» pour répandre «une propagande parmi la population ukrainienne à travers les médias et les réseaux sociaux».

Centre conjoint d’excellence de cyberdéfense de l’OTAN à Tallinn Source: Reuters
Centre conjoint d’excellence de cyberdéfense de l’OTAN à Tallinn

L’adresse figurant sur le formulaire d’inscription de DomainTools concorde parfaitement avec les coordonnées fournies sur le site internet du СCD-COE.

Capture d'écran,  https://ccdcoe.org
Capture d'écran, https://ccdcoe.org

Le scandale a fait surface la semaine dernière lorsque le site Mirotvorets a diffusé des informations exactes et détaillés sur tous les individus impliqués dans l’opposition aux politiques des autorités actuelles à Kiev, que ce soit des partisans des forces antigouvernementales du Donbass, des journalistes, des activistes, des députés et même des citoyens ukrainiens ordinaires, y compris des mineurs. L’information diffusée comprend les adresses, numéros de téléphone et autres informations personnelles.

Les données personnelles de l’homme politique Oleg Kalachnikov et du journaliste Oles Bouzina récemment tués ont été publiées sur le site pas plus de 48 heures avant leur assassinat.

La révélation de la semaine et le tollé public qui en a suivi n’a eu aucun effet sur l’opérabilité du Mirotvorets qui jouit du soutien explicite d’au moins un haut responsable ukrainien, le conseiller au ministre de l’Intérieur Arsène Avakov et membre du parlement ukrainien Anton Gerachtchenko.

Gerachtchenko assurait calmement que Mirotvorets poursuivrait ses activités malgré la critique, jusqu’à ce que le blogueur et analyste Anatoliï Tchariï publie une présentation sur Youtube au sujet de Gueorguiï, citoyen ukrainien qui s’est présenté comme le propriétaire du site Mirotvorets et de deux de ses acolytes.

Après avoir reçu plusieurs menaces, y compris celle d’être ajouté à la base de données de Mirotvorets comme «sponsor de la terreur», Chariï, qui a obtenu l’asile politique dans un pays européen non-identifié, s’en est finalement tiré sans problème.

Plus tard dans la journée de samedi, la base de données de Mirotvorets s’est effondrée sans explications.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales