Les députés sud-africains en campagne contre la xénophobie

Manifestation à Johannesbourg© Mike Hutchings
Manifestation à Johannesbourg

Les députés sud-africains ont annoncé aujourd’hui qu’ils ne siègeraient pas la semaine prochaine pour se consacrer à une campagne contre la xénophobie dans leurs circonscriptions.

Depuis le début du mois, au moins 7 personnes ont été tuées en Afrique du Sud dans des exactions visant les immigrés. Des milliers de déplacés ont fui les attaques.

«Le Parlement ajoute sa voix à l’ensemble des condamnations de la violence contre les étrangers, le racisme et toutes les formes d’intolérance dans notre pays», ont fait savoir les parlementaires par communiqué le 24 avril.

Pour tenter de calmer le jeu, le président sud-africain Jacob Zuma rencontre aujourd’hui des responsables d’associations d’immigrés et de la diaspora africaine. Cette semaine, il a écouté les griefs des responsables religieux, de la société civile et des représentants des corps de métiers pour identifier les causes de ces violences.

Une grande manifestation s’est déroulée hier à Johannesburg pour protester contre la xénophobie.

Mardi, les forces armées ont été déployées dans le township d’Alexandra, à Johannesburg, pour prêter main forte à la police et faire face aux violences. «L’armée est la dernière ligne de défense», a déclaré le ministre de la Défense Nosiviwe Mapisa-Nqakula.

Le journal Jeune Afrique estime que le roi zoulou Goodwill Zwelithini, autorité traditionnelle du KwaZulu-Natal, a «mis le feu aux poudres» en sommant les étrangers de «quitter le pays». Il a cependant rejeté toute responsabilité et appelé au calme.

Les violences ont commencé à Durban, ville côtière de l’océan Indien, et se sont propagées dans les townships de Johannesburg. Des habitants des quartiers pauvres ont pris à partie les étrangers et attaqué leurs commerces, les accusant de commettre des crimes, de prendre le travail des Sud-africains ou encore d’être en situation d’illégalité et de pratiquer une concurrence déloyale.

Les chiffres de l’immigration en Afrique du Sud, avec ses 50 millions d’habitants, sont difficiles à établir. Les estimations les plus hautes font état de 5 millions d’étrangers. La nation «arc-en-ciel» est perçue comme un Eldorado par de nombreux Africains mais, avec un taux de chômage de 25%, le pays reste confronté à de graves difficultés économiques et sociales.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales