Les hommes condamnés pour avoir payé des prostituées interdits de séjour à St-Pétersbourg ?

Source: Reuters

Un député du parlement municipal de St-Pétersbourg propose de fermer les frontières de la région de St-Pétersbourg aux hommes qui ont été condamnés pour s’être offerts les services de filles de joie afin de faire baisser le tourisme sexuel en Russie.

En soutenant la décision de la France de pénaliser les clients des prostituées, Andreï Aniukhine, député du Parlement municipal de Saint-Pétersbourg, pense que les personnes qui ont été condamnées pour ces motifs n’ont rien à faire en Russie et a concocté un projet de loi leur interdisant l’entrée sur le territoire.

«Il faut que les touristes visitent Saint-Pétersbourg pour sa culture et non pour se procurer du sexe à bon marché. On organise même des sex-tours en Russie, surtout à Saint-Pétersbourg. Les étrangers paient 10 ou 15 dollars pour une fille russe. Il faut fermer ce marché clandestin», a souligné l’élu.

D’après le site russe RSN, Andreï Aniukhine s’est déjà adressé à Jean-Maurice Ripert, l’ambassadeur de France en Russie, lui demandant de lui fournir la liste des personnes condamnées pour avoir payé des prostituées.

Même si son projet de loi n’a pas encore été discuté, le député est prêt à aller encore plus loin et à imposer des sanctions pénales aux maris infidèles qui fréquentent les maisons closes.

Une nouvelle loi sur la pénalisation des clients de prostituées, adoptée par les autorités françaises le 6 avril, a fait polémique. Parmi les cinq mesures phares de cette loi, une disposition en particulier retient l'attention et fait réagir les internautes sur Twitter : le don d'un titre de séjour aux prostituées de nationalité étrangère engagées «dans le parcours de sortie de la prostitution».

Lire aussi : Un réseau qui envoyait des prostituées partout en Europe démantelé en Albanie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales