Des enfants juifs auraient été victimes d’abus sexuels dans des écoles illégales

© Ronen Zvulun Source: Reuters

L’enquête du journal The Independent sur des abus sexuel perpétrés contre des enfants juifs dans des écoles juives britanniques illégales n’est pas passée inaperçue. Des manifestants indignés réclament une enquête sur cette affaire.

Kol v’Oz, une organisation en charge de la prévention d’abus sexuels à l’encontre d’enfants juifs, s’est adressée à l’organisme britannique chargé d’enquêter sur ce type d’affaires, l’Independant Inquiry for Child Sexual Abuse (IICSA). Dans l’une de ses lettres, on peut lire : «L’IICAS dit qu’il va enquêter sur une large palette d’institutions, dont celles qui tombent sous la dénomination "autres organisations religieuses". Je voudrais profiter de cette opportunité pour encourager l’IICSA à considérer sérieusement au moins un segment de la communauté juive dans ses enquêtes». Une formule qu’a rédigée Manny Waks, directeur de Kol v’Oz, pour inciter les autorités britanniques à l’action.

Cette réaction intervient après la publication d’une enquête du journal The Independent sur les écoles illégales dans l’arrondissement de Hackney, à Londres. Le journal a révélé que les autorités d’éducation de ce quartier avaient détruit les dossiers des enfants qui vont dans des écoles juives illégales très strictes où ils peuvent être battus et abusés sexuellement. Ces écoles n’enseignent les écritures religieuses qu’en yiddish, ce qui signifie que de nombreux enfants ne parleraient pas, ou mal, l'anglais.

Dans sa missive, Manny Waks souligne aussi qu’au cours de ces dernières années, il a y eu des rapports sur «des incidents troublants dans la communauté juive». Il déplore que les autorités britanniques ferment les yeux sur ces incidents de peur d’être accusées d’antisémitisme.

En réponse aux allégations de The Independent, le ministère britannique de l’Education a déclaré qu’il enquêtait sur le phénomène.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales