Les Turcs revendiquent leur part de condoléances des Européens

© Compte Twitter @htcksn

Ayant modifié le dessin original, fait par Jean Plantureux, les Turcs se demandent où étaient tous les bons sentiments envers les victimes des attentats à Bruxelles lorsque plusieurs attaques se sont produites à Ankara et Istanbul.

La version originale de l’image dessiné par Plantu et publiée dans Le Monde le 22 mars, représentait deux personnages drapés des couleurs de la France et de la Belgique. Le dessin symbolise le peuple français qui partage la douleur du peuple belge.

En s’exprimant sur ce dessin, partagé sur les réseaux sociaux, la journaliste Yasmin Ahmed a évoqué ses «sentiments gênés» dans son article pour le journal britannique The Independant. «Où était notre dessin pour ceux qui ont été tués en Turquie par des terroristes? Pourquoi le bureau du Premier ministre britannique n’a pas hissé le drapeau turc après les atrocités à Ankara?», a-t-elle demandé, en se demandant s’il y avait «des limites à la solidarité, qui épouse les contours de la carte de l’Europe de l’Ouest».

Suite à cet article, quelqu’un a modifié l’image de Plantu, en ajoutant une troisième figure en couleurs du drapeau turc ainsi que les dates de six récentes attaques: deux à Paris et à Bruxelles, quatre en Turquie.

Dans le même temps, plusieurs internautes publient des messages en accusant les Européens de ne pas avoir partagé la douleur du peuple turc après les attentats d’Ankara et d’Istanbul, indique le site indy100. «Il est très triste et décevant qu'Ankara n’ait pas obtenu la même réaction que Paris ou Bruxelles», peut-on lire dans l’un des messages. «Vous avez été Paris. Vous n’avez pas été Ankara et Istanbul. Et maintenant vous êtes Bruxelles», a écrit une autre personne.

Deux explosions ont retenti ce mardi 22 mars à l’aéroport de Zaventem, à Bruxelles, dans la salle des départs vers 8 heures (heure locale). Au moins une des explosions a été déclenchée par un terroriste kamikaze. Une troisième déflagration a eu lieu dans la station de métro de Maalbeek, près des quartiers généraux de l’Union européenne. Les attaques ont fait au moins 31 morts et 250 blessés.

Lire aussi : Bruxelles : que s'est-il vraiment passé ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales