Florian Philippot : «Le chantage turc a été permis par nos faiblesses»

Florian Philippot est très remonté contre les demandes de la Turquie. Source: Reuters
Florian Philippot est très remonté contre les demandes de la Turquie.

Le vice-président du Front national s’est emporté le 7 mars contre les prétentions financières de la Turquie à l'égard de Bruxelles pour endiguer l’afflux de migrants à destination de l’Europe.

Dans un communiqué très offensif, Florian Philippot s’est indigné du «chantage» turc concernant la crise migratoire. «La Turquie exige de l'UE 3 milliards d'euros supplémentaires, qui s'ajouteront aux 3 milliards déjà décidés en novembre dernier. Cette demande est inadmissible : la France, qui devra payer au prorata, n'a absolument pas les moyens d'engager de telles dépenses, de surcroît au bénéfice d'un pays qui jusqu'ici n'a rien fait de concret», a tempêté le vice-président du Front national.

Un sommet de la dernière chance est actuellement en cours à Bruxelles. L’UE négocie avec la Turquie pour tenter de trouver une solution à la vague migratoire qui frappe le Vieux Continent. En position de force, Ankara demande toujours plus d’argent à l’Europe pour prendre soin dans des conditions plus décentes qu'elle ne le fait actuellement des réfugiés qui arrivent sur son territoire, des Syriens pour la plupart.

En savoir plus : EN CONTINU : Ankara demande trois milliards d’euros supplémentaires à l’UE pour gérer les migrants

Des prétentions financières qui ont eu le don d’agacer le numéro 2 du Front national : «Ce chantage turc a été permis par nos faiblesses. Nos nations sont rendues plus faibles, vulnérables, par l'Union européenne qui leur a ôté frontières nationales, souveraineté et capacité de maîtrise de leur politique d'immigration. Nous en sommes donc réduits à obéir aux exigences de la Turquie qui ne se prive pas de demander toujours plus.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales