Pays-Bas : un homme armé fait irruption dans un studio de télévision et demande 10 minutes d’antenne

Caption d'ecran du vidéo de l'attaque
Caption d'ecran du vidéo de l'attaque

Un homme armé a fait irruption dans les locaux de la chaîne de télévision NOS aux Pays-Bas et a exigé du temps d’antenne. La police a rapidement appréhendé l’individu. On ignore encore le message qu’il voulait faire passer.

On ne sait pas ce que ce jeune homme armé et bien habillé voulait dire en direct, la télévision néerlandaise l’a montré marchant autour du studio et avertissant que « les choses qui vont être dites (pause) sont d'importance mondiale ».
« Nous avons été engagés par les services de sécurité », a ajouté l’homme armé d'un pistolet avec silencieux.

« Cela prend trop de temps », a-t-il réussi à ajouter avant que la police lance l’assaut et l’arrête. Il n'y a aucun blessé, tous les employés avaient été évacués lorsque la police avait encerclé le bâtiment.

La chaîne NOS a interrompu sa diffusion pendant l’opération de police en affichant le message suivant : « au vu des circonstances, la chaîne n’est pas disponible pour le moment ».

Selon la porte-parole de la police Christine Scholts, les autorités sont en train d’établir l’identité de la personne. Elles enquêtent également sur l’existence éventuelle de complices dans l’entourage du prévenu qui auraient disséminé des explosifs à travers le pays.
« Il a pris en otage un agent de sécurité et exigé du temps d'antenne. Il a mis en garde que des bombes exploseraient à divers endroits aux Pays-Bas s’il ne passait pas à l’antenne »,- a dit Scholts citée par Reuters.

L’homme armé avait sur lui une lettre qui disait : « Huit explosifs contenant du matériel radioactif ont été disséminés dans le pays. Si je ne passe pas à l’antenne, nous serons obligés de passer à l’action», RTL rapporte.

« Sachez que je ne suis pas seul », pouvait-on lire dans la lettre dont l'authenticité n’a pas pu être vérifiée immédiatement.

Le studio de NOS se trouve dans la ville néerlandaise de Hilversum, à 20 km à l’est d’Amsterdam.
L’incident s’inscrit dans un contexte sécuritaire tendu en Europe après les attaques meurtrières survenues début janvier à Paris au cours desquelles trois agresseurs ont tué 17 personnes.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales