Syrie : le bombardement d'un hôpital MSF à Deraa fait trois morts et six blessés

Le 9 février, l'organisation humanitaire Médecins sans frontières a annoncé qu'un hôpital situé dans le gouvernorat à Deraa (sud de la Syrie), avait été touché par des frappes aériennes le 5 février. Le bilan final est de trois morts et six blessés.

Le bombardement survenu plus précisément dans la localité de Tafas, à la frontière jordanienne a causé des dommages partiels au bâtiment de l'hôpital et aux véhicules de secours. La région rurale particulièrement exposée aux opérations de bombardement a été vidée de ses 20 000 habitants qui ont été contraints de trouver refuge dans les régions environnantes.

«Je me rendais à l'hôpital pour transférer des personnes qui avaient été blessées par les frappes aériennes», explique un membre du personnel de Médecins sans frontières (MSF). Dès que je suis arrivé à l'hôpital, je me suis blessé. Tout est allé très vite. J'ai vu une sorte d'explosion, puis un éclair de lumière avant de perdre connaissance pendant cinq minutes.»

Depuis le début de cette année, 13 établissements de santé ont été touchés dans le pays, alors qu'ils sont de plus en plus débordés. A l'issu de ce drame, MSF a renouvelé ses appels à la protection de la vie des civils et au respect des établissements de santé par toutes les parties au conflit. MSF a rappelé en outre que les attaques répétées contre des installations médicales constituauent une violation flagrante du droit international. Pour l'heure, aucune indication n'a été fournie par l'organisation humanitaire pour déterminer quel Etat serait à l'origine du bombardement. 

Lire aussi : Syrie : sept tués dans l'attaque aux barils d'explosifs d'un hôpital soutenu par MSF

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales