Des miliciens américains dans l’Oregon «souhaitent une confrontation armée»

© Jim Urquhart Source: Sputnik

L’occupation armée d’un bâtiment fédéral dans un parc naturel de l’Oregon aux Etats-Unis se poursuit pour la cinquième journée consécutive.

Selon la milice qui refuse de quitter les lieux alors que les forces de l’ordre attendent à l’extérieur, leur action constitue «le dernier recours» pour répondre à ce qu’ils qualifient de conduite tyrannique du gouvernement américain à l’égard des éleveurs de la région.

Conflit dans l'Oregon

«On a laissé le gouvernement fédéral sortir des limites de la Constitution. Ils se sont acharnés contre le peuple et lancent des poursuites directes», a expliqué le leader de la milice Ammon Bundy pour en justifier l’action.

Ce groupe qui s’est donné le nom de «Citoyens pour la liberté constitutionnelle», exige que les terres fédérales soient mises sous contrôle local. Ils accusent aussi Washington d’intrusion et de s’être approprié des terres et des ressources appartenant aux éleveurs «en mettant ainsi des gens en prison et en les condamnant à la pauvreté».

Demandes de la milice

Le conflit a commencé par une manifestation de soutien à deux exploitants accusés d’un incendie criminel. Cette décision a frustré certains habitants de l’Oregon qui estiment que la détention est liée à un différend avec le gouvernement qui remonte à 1993.

A cette époque, la famille ne voulait pas s'acquitter de taxes dues au gouvernement fédéral pour avoir la possibilité d’élever du bétail sur des terres que la famille avait obtenues en 1870. D’après les estimations, la dette de la famille atteindrait maintenant 300 000 dollars.

Est-ce que le scénario du siège de Ruby Ridge peut se répéter ?

Les autorités fédérales ont planifié de couper l’électricité du groupe armé pour les forcer  à quitter le bâtiment (à cause du froid). Mais cela constituerait une violation de la Constitution qui protège le droit d’avoir une arme et de tenir des réunions pacifiques.

Aussi, la police et le FBI se sont abstenus de toute action décisive. De funestes expériences antérieures comme celles des sièges de Ruby Ridge et de Waco sont peut-être à l’origine de cette inaction. 

Siège de Waco et de Ruby Ridge

En 1992, l’assaut d’un ranch dans l’Idaho par des agents du FBI et de l'United States Marshals Service avait provoqué la mort de deux civils, dont un enfant de 14 ans, et d’un agent des forces de l’ordre. Quelque temps après la tragédie, le FBI avait reconnu l’inconstitutionnalité de son intervention.

En 1993, 51 jours de siège de la résidence d’une secte près de Waco, au Texas, avaient abouti à la mort de 82 personnes, dont 21 enfants.

Est-ce un mouvement fasciste ?

L’activiste de la coalition contre la guerre ANSWER, Brian Becker, estime que les autorités maîtriseraient cette affaire d’une autre manière si un groupe différent était impliqué.

«Le président Obama a dit qu’il s’agissait d’une question relevant des forces de l’ordre locales, même si les membres de cette organisation de droite proches du Patriot movement, ont pris par les armes le contrôle d’un bâtiment fédéral. S’il s’était agi d’une action du mouvement Black Lives Matter [les vies noires comptent] ou d’Occupy, le gouvernement fédéral s’activerait pour les écraser», a-t-il expliqué dans son interview à RT.

Pour lui, la raison de l’inaction des forces de l’ordre fédérales s’explique par le fait que «le président, le département la Justice, tous sont au courant que ces gens cherchent en réalité une confrontation armée» pour créer, «un mouvement fasciste à l’intérieur des Etats-Unis».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales