RT EXCLUSIF : la vue apocalyptique des banlieues de Damas détruites par les affrontements

Les vues de Jobar, près de Damas, tenu par les islamistes qui ne veulent pas céder, témoignent des combats féroces qui se déroulent en Syrie. Très peuplée à l’époque, la région a été dévastée, rapporte le correspondant de RT Mourad Gazdiev.

La plupart de la population a fui le quartier de Jobar dans la banlieue est de Ghouta, près de Damas, depuis que l’armée syrienne et les rebelles islamistes ont commencé à se livrer des combats sans merci, il y a quelques années.

Avant que le conflit n’éclate en 2011, ce quartier hébergeait environ 300 000 habitants, dont la majorité étaient des musulmans sunnites. On y trouvait la Synagogue verte, la plus ancienne du monde, et d’autres monuments d’importance historique comme la Mosquée de Grand Jobar ou la tombe du prophète Elie. Jobar abritait aussi des thermes antiques datant de l’époque ottomane.

Actuellement, le quartier de Jobar est complètement détruit, comme on peut le voir sur les images exclusives qu’a pu tourner un drone de RT. L’état de ce quartier est l’illustration de la brutalité du conflit syrien et des souffrances endurées par les populations civiles.

Cette région revêt la plus haute importance stratégique, parce qu’elle est située près du chemin détourné qui mène au centre de Damas. Le contrôle de Jobar permet en outre de sécuriser la route principale qui conduit dans la banlieue de Damas, Ghouta, qui est aux mains des rebelles.

En savoir plus : EXCLUSIF : un village dans les montagnes syriennes libéré, mais les djihadistes ne sont qu’à 1 km

L’armée syrienne a essayé à plusieurs occasions de récupérer Jobar depuis le mois d’octobre dernier. Ce qui complique la situation, c’est le vaste réseau de tunnels souterrains que les rebelles utilisent sur des centaines de kilomètres. Des luttes sporadiques se poursuivent même dans le périmètre sécurisé, parce que l’armée essaie de repousser les combattants aussi loin que possible de la capitale.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales