Deux Syriens arrêtés à Genève, des traces d'explosifs dans leur voiture

Genève est en état d'alerte© Pierre Albouy Source: Reuters
Genève est en état d'alerte

Alors que la ville est placée en état d'alerte renforcée en raison d'une apparente menace djihadiste, la télévision nationale RTS a indiqué que deux individus avaient été interpellés. Des traces d'explosifs ont été retrouvées dans leur voiture.

Les deux citoyens syriens ont été arrêtés ce vendredi 11 décembre par la police du canton de Genève, qui n'a toutefois pas précisé si l'interpellation avait un lien quelconque avec la menace djihadiste qui pèse actuellement sur la ville.

La RTS a indiqué qu'une opération policière était en cours sur une route qui mène à la frontière française.

Jeudi, les autorités locales ont partagé un communiqué dans les grands médias suisses, indiquant que la police «recherche activement (…) dans le cadre des investigations menées suite aux attentats de Paris» quatre individus, «susceptibles de se trouver» dans la région, qui pourraient être liés à l'organisation Etat islamique. La photo de ceux-ci a circulé dans les journaux. Cette alerte a été lancée suite à des informations qui ont été fournies à la Suisse par un service de renseignement étranger.

En savoir plus : Attentats de Paris : 4 personnes seraient recherchées à Genève, un suspect arrêté

Le niveau d'alerte dans le canton de Genève a été élevé à trois sur cinq par la police. De nombreux officiers ont été déployés dans la ville dans des sites sensibles, comme par exemple les bâtiments des Nations unies.

Une réunion à propos de la Syrie prévue ce vendredi entre les vice-ministres des Affaires étrangères russe, américain, et des représentants de l'ONU, a en conséquence été déménagée. Alors qu'elle devait avoir lieu au siège des Nations unies, elle se tiendra finalement dans un lieu secret et sans couverture médiatique.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales