Une surtension aurait transformé le vol MH370 en «zombie», selon un nouveau rapport

Des gendarmes français analysent un morceau d'aile retrouvé à La Réunion, appartenant probablement au Boeing de la Malaysian Airlines© Prisca Bigot STR Source: Reuters
Des gendarmes français analysent un morceau d'aile retrouvé à La Réunion, appartenant probablement au Boeing de la Malaysian Airlines

L'enquête progresse sur la disparition, toujours non-élucidée, du vol MH370 de la Malaysia Airlines. Un nouveau rapport technique en provenance d'Australie affirme qu'une défaillance électrique aurait rendu l’avion incontrôlable.

Le rapport, publié la semaine passée par l’Agence australienne de sécurité des transports, accréditerait la théorie de l’«avion zombie», rapporte le site d’information américain The Daily Beast. Selon cette hypothèse, l’engin aurait continué de voler jusqu’à épuiser sa réserve de kérosène, alors que l’équipage et les passagers étaient inconscients.

Le site web indique que «c’est la première reconnaissance officielle de ce qui auparavant n’était qu’une spéculation, à savoir qu’il y a eu une soudaine perte de puissance électrique qui a pu désactiver des systèmes vitaux».

Selon le rapport australien, la défaillance, due à une surtension, peut être survenue n’importe quand dans un laps de temps de 56 minutes entre la dernière transmission de l’avion de la Malaysia Airlines au système de surveillance Aircraft Communication Addressing and Reporting System, et une tentative de la compagnie aérienne de contacter l’équipage, en vain.

Malgré la perte de puissance électrique, le système de communication par satellite de l’avion aurait en revanche continué à fonctionner, et aurait d’ailleurs émis un signal une vingtaine de minutes après la tentative de contacter l’équipage. Selon le Daily Beast, les découvertes du rapport accréditent un scénario selon lequel des batteries lithium-ion auraient été à l’origine d’un incendie dans la soute avant de l’avion, qui aurait ensuite endommagé le centre d’équipement principal. Se trouvant sur le toit de l’appareil, l’émetteur satellite n’aurait lui pas été touché, et aurait donc pu continuer à fonctionner normalement jusqu’au crash de l’avion.

L’Agence australienne envisage quatre scénarios afin d’expliquer l’apparition de cette défaillance électrique. Parmi ceux-ci, deux impliquent une faute humaine, mais aucun ne met en cause l’équipage du vol MH370.

En mars 2014, un avion de la Malaysia Airlines reliant Kuala Lumpur et Pékin, avec 239 passagers et membres d’équipage à son bord, a disparu en vol. Peu après son décollage, il avait stoppé la communication et n’apparaissait plus sur aucun radar.

L’endroit du crash n’a toujours pas été retrouvé, mais les recherches continuent et devraient prendre fin d’ici mi-2016. Pour l’instant, la seule pièce retrouvée de l’appareil est une partie de l’aile, qui avait été découverte en juin 2015 sur l’île de la Réunion. Celle-ci est toujours analysée en France.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales