Conférence internationale sur les médias et la politique à l’occasion des 10 ans de RT

Pour son 10ème anniversaire, RT réunit des experts de la politique et des médias au centre de Moscou pour discuter d’une grande variété de questions internationales. Julian Assange, Raymond Snoddy et Thom Hartmann figurent parmi les invités.

  • D’après Max Blumenthal, «les Etats-Unis utilisent des thèmes comme droits de l'homme, droits LGBT pour avancer des idées qui n'ont rien à voir. La question des assassinats de jeunes noirs par la police US est un bon exemple de ce traitement de l'information».

  • «Si nous avons des sources d’information alternatives, le gouvernement aura moins de possibilités pour faire la guerre», a précisé Rocky Anderson.

    «Pour créer un média, on a besoin de millions de dollars qui sont concentrés dans les mains de quelques personnes», l’a interrompu le membre du Parlement européen, Javier Couso Permuy.

  • «Les victimes de la guerre de l’information sont les peuples. Aux Etats-Unis, les médias ont besoin de modifier les faits pour poursuivre la guerre en Irak», a précisé le leader du parti de la justice américain, Rocky Anderson.

    «Comme les médias ferment les yeux sur différents points de vue, le peuple américain ne connait pas la vérité», a-t-il poursuivi.

  • «Les médias modernes sont très vulnérables aux fausses informations. La majorité des journalistes qui mènent la guerre de l’information ne se posent pas de questions et comprennent moins bien ce qui se passe dans le monde», a déclaré le journaliste de Russia Insider, Charles Bausman.

  • La cinquième session intitulée «Y aura-t-il un vainqueur dans la guerre de l’information ?» est en cours. Parmi les invités, figurent le leader du parti de la justice américain, Rocky Anderson, le parlementaire européen Javier Couso Permuy, le journaliste américain et auteur, Max Blumenthal, le professeur d’histoire et directeur de l’Institut des Etudes nucléaires, Peter Kuznick, le journaliste canadien, Fred Weir, et le journaliste de Russia Insider, Charles Bausman.

  • Julian Assange a abordé le sujet de bombardier russe SU-24 abattu par la Turquie. Selon lui, le renseignement russe a négligé les messages signifiants que l’avion serait abattu. Cependant, cet incident ne peut se justifier, a-t-il ajouté. «La Turquie a un intérêt historique dans le nord de la Syrien où Ankara a perdu le contrôle», estime le cofondateur de WikiLeaks. Il a comparé la Turquie avec l’Ukraine. Dans les deux pays, les gouvernements bombardent une partie de leur population.

  • Après la question de surveillance de masse évoquée par Julian Assange, le président de l’Association des études stratégiques internationales, Gregory Copley, a déclaré : «La réalité est telle que s’il existe un moyen de surveillance, il sera utilisé pour tout».

  • Julian Assange, cofondateur de WikiLeaks, est intervenu à la Conférence des 10 ans de RT. «La protection de la vie privée a perdu la partie. Nous pouvons parler des lois à venir et de comment la société doit se comporter mais la protection de la vie privée ne reviendra pas». La surveillance de masse est en train de gagner et triomphera, a ajouté Julian Assange.

    «Ce qui se produit avec Internet, c’est la pénétration de chaque couche de la société», estime Julian Assange.

  • «Les attentats de Paris ont été suivis par une couverture télévisée d’une ampleur telle qu’ils ont réussi de créer une coalition globale. Pourtant, lors des attaques de Mumbai en 2008, 165 personnes avaient été tuées. Quand la ville indienne avait été attaquée, il n’y avait pas beaucoup de monde aux Etats-Unis et au Royaume-Uni pour exiger des sanctions contre le Pakistan parce que les Etats-Unis sont de mèche avec le Pakistan», a précisé le président de Times Network, Arnab Goswami.

La conférence de presse se déroule en plein centre de Moscou, dans l’hôtel historique Métropole. Aujourd’hui, la chaîne internationale accueille plus de 30 experts politiques du monde entier.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales