Les eurosceptiques allemands du AfD menacés par une réforme du financement des partis politiques

Logo du parti Alternative pour l'Allemagne lors d'un meeting © Axel Schmidt Source: Reuters
Logo du parti Alternative pour l'Allemagne lors d'un meeting

Le gouvernement allemand souhaite changer les règles de financement des partis politiques, ce qui devrait nuire aux finances du parti eurosceptique Alternative pour l’Allemagne (AfD), en croissance électorale dans le pays.

L’AfD, qui fait son retour ces dernières semaines en faisant campagne sur le durcissement des contrôles à l’immigration suite aux attaques islamistes de Paris, se finance majoritairement en vendant de l’or par internet.


En effet, les partis politiques en Allemagne peuvent prétendre à un maximum de deux millions d’euros d’aides publiques chaque année s’ils génèrent le même niveau en revenus, d’habitude à l’aide de dons. Mise en place l’année dernière, la plateforme de vente par internet de l’AfD a été créée afin de contourner la loi en créant des revenus issus de la vente d’or. Ainsi, ses revenus ont dépassé les deux millions d’euros en 2014, lui permettant d’obtenir une subvention du même montant de la part de l’Etat.

Si la nouvelle législation entrait en vigueur, les partis politiques ne pourraient plus recevoir d’aide d’Etat sur la base de «revenus artificiels», contrairement aux dons prévus par le législateur, conformément au projet de loi que le journal Bild a pu consulter. La réforme prévue prévoit de calculer la contribution de l'Etat sur la base des profits, ce qui réduirait mécaniquement le financement auquel le parti populiste peut prétendre, ses marges sur les ventes d’or étant très réduites. Par contre, alors que les partis politiques touchaient 85 centimes par vote récolté lors d'un scrutin, le projet de loi prévoit que chaque vote rapporte un euro au parti, dans la limite de quatre millions de voix.


«Si le changement de la loi de financement des partis est votée, ainsi que nous nous y attendons, cela créera un déficit financier pour 2017, ce qui impactera directement notre campagne politique», a averti le parti eurosceptique. «En plus de cela, le caractère rétroactif de la loi risque de nous obliger à rembourser une grande partie de l’argent», s’élevant à plusieurs millions d’euros a-t-il prévenu. Beatrix von Storch, la présidente du parti, a affirmé que sa formation politique devait récolter deux millions d’euros d’ici au 31 décembre et a qualifié ce projet de loi de «menace existentielle pour l’AfD».

Lire aussi : 20% des Allemands veulent la révolution, la majorité pense que la démocratie n’est pas réelle

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales