Le désespoir pousse de plus en plus d'agriculteurs suisses au suicide

Le moral des agriculteurs suisses est au plus bas.© Ruben Sprich Source: Reuters
Le moral des agriculteurs suisses est au plus bas.

Des agriculteurs suisses ne parvenant pas à joindre les deux bouts ont recours au suicide, selon un rapport des médias ce jeudi, la veille d'une manifestation prévue devant le Parlement fédéral à Berne.

Dans un contexte de baisse des prix et d'une hausse de la concurrence au sein de l'Union européenne, les agriculteurs suisses demandent l'aide de leur gouvernement. 

En effet, si la Suisse subventionne ses agriculteurs bien plus que d'autres pays, l'alignement de la politique sur les normes européennes provoque une réduction importante voire une coupure de leurs aides.

L'Union suisse des agriculteurs (SBV), qui organise une manifestation à Berne devant le parlement fédéral, a annoncé que les prix pour le lait, le sucre et le porc sont «désastreux» et que de nombreuses exploitations sont au bord du gouffre et l'étaient même déjà avant les coupures des aides gouvernementales. 

«La pression économique, la mécanisation et les dépenses administratives sont en augmentation», a déclaré au quotidien Blick Lukas Schwyn, le président d'une association qui vient en aide aux familles d'agriculteurs et tient une hotline qui chaque année est en contact avec près de 130 exploitants dans la détresse.  

«Si les conditions ne se améliorent pas immédiatement les agriculteurs les plus désespérés vont se suicider», indique-t-il.

La semaine dernière, un jeune éleveur de porcs de 30 ans s'est donné la mort, désespéré de ne réussir à faire aucun profit après avoir investi plusieurs centaines de milliers de francs suisses dans son exploitation, a annoncé le quotidien Blick sur sont site Internet.

Selon le journal, cet incident reflète la «période catastrophique» dans laquelle se trouvent les agriculteurs suisses, rappelant le cas d'un fermier de 60 ans qui tenait une exploitation de betterave à sucre à Grenchen dans le canton de Soleure et qui s'est pendu, se voyant incapable de rêgler ses dettes et alors en pleine rupture conjugale.

Dans la même canton, à Schnottwill, plus tôt dans l'année, un autre agriculteur de 50 ans s'était également pendu pour des raisons similaires. 

Cet automne, à Moudon dans le canton de Vaud, le propriétaire d'une exploitation de pommes de terre de 51 ans a fait de même, incapable de se sortir des graves difficultés financières dans lesquelles il se trouvait. 

Ueli Brauer, le fondateur de l'association (Rettet den Schweizer Zucker) indique que chez les agriculteurs le moral est au plus bas. «Certains sont tellement désespérés qu'ils choisissent de se suicider».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales