Israël poursuit la fermeture de stations de radios palestiniennes

- Avec AFP

Un journaliste de la radio Al-Khalil proteste à la sortie des locaux.© Capture d'écran Twitter
Un journaliste de la radio Al-Khalil proteste à la sortie des locaux.

L'armée israélienne a annoncé samedi avoir fermé la station de radio Al-Khalil à Hébron, qu'elle accuse d'encourager les violences, deux semaines après la fermeture d'une autre radio palestinienne dans cette ville de Cisjordanie occupée.

Le directeur des programmes de la chaîne, Ezz Haddad, a précisé que les forces militaires étaient entrées dans les locaux d'Al-Khalil dans la nuit et avaient signifié à la station son obligation de fermer pour une durée de six mois.

Dans un communiqué, Tsahal a affirmé que «la radio Al-Khalil a diffusé à plusieurs reprises des propos encourageant le terrorisme et les actes de violence à l'encontre des civils israéliens et des forces de sécurité», précisant que le matériel et les équipements avaient été confisqués.

La chaîne a posté sur sa page Facebook plusieurs photos montrant les forces israéliennes, lourdement armées, arrivant dans ses locaux. Les responsables de la station ont aussi déploré des dommages matériels.

«Les soldats sont entrés ce matin dans la station, il y en avait plus de 40. Ils ont pénétré dans cette station de radio à Hébron, déconnecté, détruit ou saisi tout l’équipement. Ils ont également pris des éléments diffusés et nous ont intimé l’ordre d’arrêter de travailler pour une période de six mois, parce qu’ils nous ont accusé d’incitation», a confié à RT le directeur de la station de radio Al-Khalil, Amjad Shawar.

«Ils ont pris les ordinateurs, les équipements de communication, tout», a confié Ezz Haddad à l'AFP, niant par ailleurs toute implication de sa chaîne dans l'incitation à la violence.

Samedi matin, la station avait cessé d'émettre.

Début novembre, l'armée israélienne avait déjà procédé à une action de ce type à Hébron, fermant et confisquant le matériel de la chaîne Al-Hourriya pour les mêmes motifs.

La région de Hébron est au centre d'une escalade de violences qui a commencé en octobre dernier et fait depuis, 86 morts côté palestinien - dont un Arabe israélien- et 15 côté israélien, selon un décompte de l'AFP. Une majorité des Palestiniens tués l'ont été alors qu'ils tentaient ou menaient des attaques.

Jeudi, cinq personnes dont un citoyen américain ont été tuées à Tel-Aviv et en Cisjordanie dans deux attaques anti-israéliennes menées par des Palestiniens.

Il y a environ un mois, les tensions se sont accrues alors qu’Israël tentait de restreindre l’accès à la mosquée d’al-Aqsa, à Jérusalem. 

«Israël agit sous le contrôle de la censure militaire»

«Le gouvernement israélien a examiné plusieurs mesures de représailles. Pour l’instant, ce qu’il a choisi, c’était de saisir l’équipement de la station de radio Al-Khalil à Hébron», a expliqué à RT Amir Oren, le correspondant de Haaretz.

«Est-ce que cela sera efficace ?», se demande-t-il. «Probablement pas», répond le journaliste. «Y-a-t-il des preuves que le radiodiffuseur ait pris incité à la violence ? Cela dépend du point de vue», ajoute Amir Oren.

Le correspondant reconnaît qu’Israël agit «sous le contrôle de la censure militaire». D’après ses dires, même les chaînes de radio israéliennes doivent soumettre au contrôle de la censure les éléments qui traitent de Tsahal ou des territoires occupés avant leur diffusion.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales