Paris suspend son aide humanitaire au Burkina Faso

Paris suspend son aide humanitaire au Burkina Faso Source: AFP
Le capitaine Ibrahim Traoré, président de la transition du Burkina Faso, le 28 juillet à Saint-Pétersbourg (image d'illustration).
Suivez RT en français surTelegram

La France a annoncé le 6 août qu'elle suspendait son aide au développement et son appui budgétaire au Burkina Faso. Un retrait qui s’explique par le soutien de Ouagadougou aux militaires arrivés au pouvoir dans le Niger voisin.

Dans un contexte de tension régionale, la France a annoncé le 6 août qu'elle mettait fin «jusqu'à nouvel ordre à toutes ses actions d'aide au développement et d'appui budgétaire» au Burkina Faso. C’est par la voix de sa ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna que Paris a rendu cette décision publique.

Le Burkina Faso, comme le Mali, soutient les militaires qui ont évincé le président nigérien Mohamed Bazoum.

Un manque à gagner de près d’un demi-milliard d’euros

L’annonce de la suspension des actions d'aide au développement et d'appui budgétaire concernent, selon le Quai d’Orsay, 468 millions d’euros d’aide au développement et 13 millions d’euros d’aide budgétaire programmée en 2022.

En janvier, quatre mois après l’arrivée au pouvoir du capitaine Ibrahim Touré à la tête du pays à la faveur d’un coup d’Etat, Ouagadougou avait demandé à l’armée française de quitter son territoire. Paris s’était alors exécuté mais n’avait suspendu ni son aide au développement ni son aide budgétaire à destination du pays.

La suspension de l’aide française à destination du Burkina Faso fait suite à celle prise le 29 juillet, trois jours après le coup d’Etat au Niger, et s’ajoute aux sanctions déjà prises par la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) contre ce pays. L’annonce du ministre des Affaires étrangères français a également été faite quelques heures avant la fin de l’ultimatum fixé par les pays de la Cédéao.

Le 6 août, les militaires au pouvoir au Niger ont fermé leur espace aérien en prévision d’une potentielle intervention militaire de la Cédéao qui viserait à rétablir le président Bazoum.

Une intervention militaire au Niger qui serait «une déclaration de guerre» au Burkina et au Mali, avaient déclaré le 31 juillet ces derniers.

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix