«Tout ça est complètement fou» : Mélenchon s'inquiète des livraisons demandées par Zelensky

Jean-Luc Mélenchon, à la fête de l'Humanité, le 10 septembre 2022 (image d'illustration).© Thomas SAMSON Source: AFP
Jean-Luc Mélenchon, à la fête de l'Humanité, le 10 septembre 2022 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le chef de file des insoumis a mis en garde contre la possibilité pour la France de livrer à l'Ukraine des chars et des avions de combat. Il appelle pour sa part à multiplier les efforts afin de permettre un retour au dialogue avec la Russie.

Le 9 février, lors de son passage en soirée sur BFMTV, Jean-Luc Mélenchon a été amené à commenter la position de la France vis-à-vis du conflit en Ukraine, et plus précisément sur la possibilité pour son pays de soutenir l'effort de guerre de Kiev par des livraisons de chars et d'avions de combat, à la demande du président ukrainien.

«Nous sommes un magasin de fournitures, ou nous sommes une puissance politique et diplomatique ?», a notamment rétorqué le député insoumis à son interlocuteur qui l'invitait à commenter les récentes annonces allemandes en la matière – Berlin ayant décidé le 25 janvier de confirmer de futures livraisons de chars Leopard 2 à Kiev.

«A chaque fois que [Volodymyr Zelensky] va venir nous demander quelque chose, comme c'est son rôle, vous allez pressionner tous les hommes politiques [dont] pas un n'aura le courage de dire [que] tout ça est complètement fou ? [...] Vous voulez la guerre ?», a encore lancé le chef des insoumis au journaliste lui faisant face.

«Si j'étais le président de la République française, je ferais ce qu'il faut pour qu'on recommence à discuter. Face à une guerre, on discute avec son adversaire, pas seulement avec ses amis. Il faut que Monsieur Poutine soit ramené d'une manière ou d'une autre à la table à laquelle on commence à discuter», a insisté Jean-Luc Mélenchon, avant de qualifier d'«absurde» la position consistant à limiter le débat autour du nombre de chars et d'avions à livrer à l'Ukraine. «Ça, c'est aller à la guerre, et je ne suis pas pour qu'on aille à la guerre», a-t-il poursuivi.

Pour rappel, de passage à Paris le 8 février avant le sommet de l'UE à Bruxelles, le chef d'Etat ukrainien a de nouveau appelé ses alliés à livrer des armes de longue portée et des avions. Or, Moscou met en garde contre l'escalade que pourrait générer de telles livraisons.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix