Livraison de chars lourds : l'Occident dit vouloir éviter l'escalade, une posture intenable ?

Livraison de chars lourds : l'Occident dit vouloir éviter l'escalade, une posture intenable ?© MATEUSZ SLODKOWSKI Source: AFP
Un char américain M1A2 Abrams, débarqué au port de Gdynia en Pologne le 3 décembre 2022, en prévision d’exercices de l’armée américaine. Le 25 janvier, Joe Biden a annoncé que les Etats-Unis fourniraient 31 chars Abrams aux forces ukrainiennes.
Suivez RT France surTelegram

Multipliant les envois d’armements lourds à Kiev, l'Occident continue de prétendre être extérieur au conflit et chercher à éviter toute «escalade» avec la Russie. La ministre allemande Annalena Baerbock a toutefois déclaré lui «mener une guerre».

Dix-huit depuis les Pays-Bas, quatorze de Pologne, autant d’Allemagne et de Finlande, six du Danemark et de la Suède, quatre du Portugal et du Canada…

Depuis le feu vert donné le 25 janvier par Olaf Scholz à l’envoi et à la réexportation vers l’Ukraine de chars d'assaut Leopard 2, les promesses de dons fusent des quatre coins de l’Occident. En moins de 24 heures ce sont plus d’une centaine de chars lourds, de fabrication allemande, qui ont été promis à Kiev. Cette centaine de blindés occidentaux, taillés pour l’offensive, s’ajoutera aux 31 chars Abrams annoncés par Joseph Biden, ainsi qu’aux quatorze Challenger 2 promis par Londres à la mi-janvier.

«Nous menons une guerre contre la Russie»

Alors que du côté des chancelleries occidentales on tente de déterminer où se situe le «seuil» à partir duquel on bascule dans la cobelligérance, la responsable de la diplomatie allemande Annalena Baerbock a jeté un pavé dans la mare. Le 24 janvier, à l’issue d’une longue allocution devant l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe qu’elle encense, elle est interpellée par le britannique Christopher Chope, président des conservateurs européens. Ce dernier demande alors à la ministre allemande ce qui peut être fait pour lui permettre de concrétiser ses promesses de livrer à l’Ukraine des chars Leopard 2.

«Oui, nous devons faire plus, également en ce qui concerne les chars. Mais le plus important et le plus décisif, c'est que nous le fassions ensemble - et ne pas jouer en Europe au jeu des reproches - parce que nous menons une guerre contre la Russie et non les uns contre les autres» réplique, dans la langue de Shakespeare, une Annalena Baerbock renfrognée. La scène a lieu la veille du fameux feu vert de Berlin, accord pour lequel Baerbock milite avec ferveur depuis des mois... quitte à couper l’herbe sous le pied à son propre chef de gouvernement.

Le discours occidental, ou le pacifisme belliciste

De son côté, l’ambassadeur russe en Allemagne dénonçait une décision «extrêmement dangereuse», amenant «le conflit à un nouveau niveau de confrontation», et accusait Berlin d’alimenter une «escalade permanente».

«Une guerre préméditée contre la Russie est implicite ici», a aussi réagi sur sa chaine Telegram Maria Zakharova, porte-parole de la diplomatie russe. Cette dernière a établi un lien avec les déclarations, début décembre, d’Angela Merkel sur les accords de Minsk. Dans une interview accordée à Die Zeit, l’ancienne chancelière allemande défendait que les accords de Minsk n’avaient été en 2015 qu’une «tentative de donner du temps à l’Ukraine» pour se renforcer militairement en vue d’une confrontation future avec Moscou. Alors que l'intention alors affichée était la fin des combats dans le Donbass. 

«Ni la France, ni aucun de ses partenaires, ne sont en guerre contre la Russie» a tenu à assurer encore ce 26 janvier le Quai d’Orsay, en réponse aux accusations de Moscou d’une implication directe des Occidentaux, après leur décision de livrer leurs chars lourds aux Ukrainiens.

«Nous ne voulons pas qu’il y ait une escalade, ni une guerre entre la Russie et l’OTAN», déclarait la veille Olaf Scholz au Bundestag, devant lequel il justifiait sa décision d’autoriser l’envoi de Leopard 2 en Ukraine. 

Le parti de l'escalade donne de la voix

Du côté de l’Elysée également, avec le même entrain mis naguère à appeler au respect des Accords de Minsk, on répète aujourd’hui ne pas vouloir d’«escalade». Le «Château» se «félicite de la décision allemande qui amplifie le soutien que nous avions engagé avec la livraison des AMX-10 RC». Néanmoins, Paris, qui selon la presse américaine aurait fait pression sur Berlin aux côtés de Varsovie pour l'envoi des Leopard 2 en Ukraine, ne s’est pas encore prononcé sur l’envoi de ses propres chars Leclerc.

«Aucune décision n’est prise» les concernant, déclarait ce 26 janvier Catherine Colonna, ministre des Affaires étrangères , tout en rappelant les propos d’Emmanuel Macron: «rien n’est exclu». Lors de son annonce, le président français avait déclaré que cet envoi serait décidé au regard de trois critères, notamment «que cela ne soit pas escalatoire».

Un argument «peu pertinent» a rétorqué le 25 janvier à l’exécutif le sénateur Claude Malhuret (Horizons, ex LR) lors des séances de questions au gouvernement. «On ne peut dire aux Ukrainiens qu’on les soutiendra jusqu’à la victoire finale et en même temps qu'on ne veut pas d’escalade, parce que par définition la victoire nécessite une escalade» a-t-il assené. «Il faut évidemment franchir un palier», a-t-il répété ce 26 janvier sur RTL, regrettant que les alliés occidentaux «laissent le monopole de l'escalade» au président russe Vladimir Poutine.

Parallèlement à cette nouvelle ligne franchie par les Européens, les Etats-Unis renforcent leur présence militaire sur le Vieux continent. Début janvier, le commandement de l’Armée américaine pour l’Europe et l’Afrique a ainsi annoncé, dans le cadre de l'opération Atlantic Resolvel’arrivée de 2 500 «pièces d’équipement» dans le port néerlandais de Vlissingen afin de renforcer le flanc oriental de l’OTAN. Une cargaison incluant 1 275 véhicules, dont des chars M1 Abrams ainsi que des véhicules de combat d’infanterie (VCI) Bradley, dont plusieurs dizaines ont depuis été promis à l’Ukraine. 

Maxime Perrotin

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix