L'armée serbe en état d'alerte après des tensions au Kosovo

- Avec AFP

L'armée serbe en état d'alerte après des tensions au Kosovo© Serbian Presidential Press Service via AP
Suivez RT France surTelegram

Face à la montée des tensions au Kosovo, le président serbe Aleksandar Vucic a ordonné à son armée d'être «au niveau de l'utilisation de la force armée». La présence militaire dans la zone limitrophe va passer de 1 500 soldats à 5 000.

L'armée serbe était en état d'alerte renforcée dans la soirée du 26 décembre après les récentes tensions au Kosovo où ont retenti des tirs et des explosions et où des barrages routiers ont été érigés.

«Le président de Serbie [...] a ordonné à l'armée serbe d'être au plus haut niveau de préparation au combat, c'est-à-dire au niveau de l'utilisation de la force armée», a déclaré le ministre serbe de la Défense, Milos Vucevic, dans un communiqué.

Le général Milan Mojsilovic, chef des armées serbes, a annoncé avoir été dépêché par le président de Serbie Aleksandar Vucic à la ligne de démarcation administrative avec la région du Kosovo.

«La situation là-bas est compliquée», a déclaré le chef d'état-major, à la télévision Pink dans la soirée du 26 décembre, en route vers Raska, à dix kilomètres du Kosovo. Il a ajouté que la situation requérait «la présence de l'armée serbe le long de la ligne administrative».

120 000 Serbes au Kosovo

Le ministère serbe de l'Intérieur a rapporté que «toutes les unités» passeraient «immédiatement sous le commandement du chef d'état-major général».

Enfin, le ministre de la Défense a précisé que le chef de l'Etat avait ordonné de renforcer la présence militaire serbe dans la zone de 1 500 soldats actuellement à 5 000.

La province serbe du Kosovo a proclamé unilatéralement son indépendance en février 2008. Celle-ci est aujourd’hui reconnue par les Etats-Unis et de nombreux pays occidentaux, mais pas par la Chine, la Russie, l’Inde ou encore l’Espagne. Belgrade soutient la communauté serbe dans cette région peuplée très majoritairement d'Albanais, au moment où Pristina veut asseoir sa souveraineté sur l'ensemble du territoire.

Plusieurs centaines de Serbes du Kosovo ont érigé depuis le 10 décembre des barricades dans le nord du Kosovo pour protester contre l'arrestation d'un ancien policier serbe, paralysant la circulation vers la Serbie.

Depuis les tensions n'ont eu de cesse d'augmenter entre une partie de cette communauté serbe du Kosovo instigatrice de ces barrages à la frontière, et les forces kosovares. 

Début novembre, des centaines de policiers serbes intégrés à la police kosovare, ainsi que des juges, procureurs et autres fonctionnaires ont massivement quitté leur poste, et sont désormais suspendue du gouvernement de Pristina, en protestation contre la décision d'interdire aux Serbes qui vivent au Kosovo d'utiliser des plaques d'immatriculation délivrées par la Serbie.

La situation avec le Kosovo est «au bord du conflit armé», avait estimé le Premier ministre serbe Ana Brnabic à la mi décembre.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix