A la mairie de Paris, une journaliste priée d'enlever son voile à la remise d'un prix de la laïcité

Femme voilée, Londres© Luke MacGregor Source: Reuters
Femme voilée, Londres

La journaliste d'un hebdomadaire franco-turc s'est vu intimer par deux fois l'ordre de retirer son voile lors de la cérémonie de remise du «prix de la laïcité» à la mairie de Paris, laquelle se déroulait en présence du Premier ministre Manuel Valls.

La jeune femme a relaté sa mésaventure dans le journal pour lequel elle travaille. Elle y explique avoir été présente ce jour-là pour écrire un article sur cet évènement qui récompensait Fazil Say, pianiste-compositeur turc.

Deux personnes lui alors ont demandé avec insistance de retirer son voile, et ce, au nom de la laïcité célébrée ce soir-là sous l'égide d'Anne Hidalgo et de Manuel Valls dans un salon de la mairie de Paris.

C'est d'abord un agent d'accueil qui lui demandera «en souriant» : «Vous êtes vraiment obligée de garder ça sur votre tête ?»

Etonnée, la journaliste pense avoir mal entendu jusqu'à ce que l'agent d'accueil précise : «Non mais vous savez, vous êtes à l’Hôtel de ville ici, il faut respecter. Nous vous avons laissé entrer, vous pourriez l’enlever par égard pour nous, c’est la moindre des choses». 

Peu après, ce sera une femme appartenant à l’organisation qui arrête la journaliste avec un «Enlevez votre voile !». Selon la journaliste, cette dame passera constamment derrière elle, lui enjoignant à chaque fois: «enlève ton voile». 

Selon la mairie de Paris, aucun de ses agents n'est impliqué dans cet incident. Selon Libération, c'est le Comité Laïcité République qui a organisé l'évènement. La mairie a également apporté son soutien à la journaliste en estimant que cet incident «ne reflète en rien sa politique».

Selon la loi française votée en 2001, il est interdit de revêtir en public une tenue dissimulant le visage. Le port du voile en tant que signe religieux n'est interdit qu'au sein de l'école. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales