Mayotte : Darmanin annonce un durcissement des conditions d'acquisition de la nationalité française

Mayotte : Darmanin annonce un durcissement des conditions d'acquisition de la nationalité française© Alain JOCARD Source: AFP
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin quitte le palais présidentiel de l'Elysée à Paris le 25 août 2021.
Suivez RT France surTelegram

Le nouveau projet de loi prévoit qu'un enfant né à Mayotte pourra obtenir la nationalité française si l'un de ses parents a été en situation régulière et interrompue sur l'île au moins un an, contre trois mois auparavant.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé le 30 août sa volonté de limiter davantage l'attribution de la nationalité française pour les enfants nés à Mayotte, lors d'une visite dans cette île de l'océan Indien avec le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu. Depuis 2018 et la «loi Asile et immigration», il existe déjà une exception pour le droit du sol à Mayotte, 101e département français en proie à une immigration massive en provenance des Comores voisines.

Un enfant né sur le territoire peut ainsi prétendre à la nationalité française à la condition qu'au moins un des deux parents ait été en situation régulière et ininterrompue sur le territoire depuis trois mois avant la naissance. Avec le nouveau projet de loi spécifique à Mayotte, qui doit être présenté en Conseil des ministres avant la fin janvier 2022, cette présence doit passer à un an.

«C'est un changement profond et révolutionnaire pour lutter contre l'attractivité de Mayotte», a dit le ministre de l'Intérieur, après un passage sur l'un des bateaux intercepteurs qui surveillent le bras de mer entre Mayotte et l'Union des Comores.

Pour lutter contre l'immigration clandestine, les ministres ont par ailleurs annoncé la livraison de deux nouveaux navires intercepteurs et le renforcement de la surveillance aérienne afin d'éviter que de petites embarcations à moteur, appelées kwassas-kwassas, continuent à rejoindre l'île.

Dans le cadre de la loi Mayotte, le gouvernement veut aussi permettre aux patrouilleurs d'aller dans les zones contigües, pour intercepter plus tôt les passeurs. Afin de lutter contre la construction de bidonvilles hébergeant des étrangers en situation irrégulière, une proposition vise par ailleurs à étendre le délai de flagrance permettant de détruire plus rapidement ces cases en tôle, de 48h à 96h.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix