Plainte des pompiers après une pendaison symbolique lors d'un rassemblement à Nancy

Plainte des pompiers après une pendaison symbolique lors d'un rassemblement à Nancy© AFP / PHILIPPE HUGUEN
Des pompiers à la caserne de Bailleul située dans le Nord lors d'une cérémonie en hommage à l'adjudant Daniel Hosdez le 16 octobre 2007 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le service départemental d'incendie et de secours de Meurthe-et-Moselle a porté plainte pour un mannequin de pompier pendu à Nancy. L'élue Martine Wonner a précisé que ce mannequin représentait la «souffrance exprimée par un pompier du Doubs».

Le service départemental d'incendie et de secours de Meurthe-et-Moselle (Sdis 54) a annoncé ce 5 juillet sur son compte Twitter avoir déposé plainte après la pendaison symbolique d'un mannequin de pompier lors d'un rassemblement qui s'est déroulé à Nancy le 3 juillet pour dénoncer les mesures sanitaires et la vaccination obligatoire contre le Covid-19. 

Des images de ce faux pompier avaient rapidement circulé sur les réseaux sociaux, suscitant les indignations et les remontrances de diverses personnalités politiques.

Dans cette publication, le Sdis 54 a ainsi réagi : «Quelles qu’en soient les causes, le Sdis 54 condamne la pendaison symbolique d’un sapeur-pompier lors du rassemblement [le 3 juillet] place Maginot à Nancy. Détachés de toute polémique les pompiers de Meurthe-et-Moselle restent mobilisés pour lutter contre la Covid-19». Avant d'annoncer dans une seconde publication qu'une plainte avait été déposée.

Le rassemblement avait été préalablement déclaré en préfecture et s'est déroulé à l'appel de plusieurs organisations dont le collectif Réinfo Covid qui rassemble des soignants, médecins et scientifiques universitaires, opposés aux mesures prises dans le cadre de la gestion de cette crise sanitaire.

Plusieurs personnalités publiques se sont d'ailleurs exprimées à la tribune, dont la députée Martine Wonner, ex-LREM, le professeur Christian Perronne, ancien chef de service à l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) ou le journaliste Richard Boutry passé par France TV.

Le maire socialiste de Nancy, Mathieu Klein, avait annoncé le 3 juillet sur Twitter son intention de signaler au procureur de la République la présence de ce mannequin pendu en évoquant une «mise en scène» et une «attaque» intolérables sur la «voie publique». Une réaction injustifiée pour l'élue Martine Wonner présente à ce rassemblement. Dans un tweet publié le 4 juillet, elle avait assuré qu'«aucune attaque» n'avait été formulée contre le Sdis 54 et que, bien au contraire, ce mannequin représentait une «très grande souffrance exprimée par un pompier du Doubs».

Ce 5 juillet, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a exprimé son soutien au maire de Nancy «dans son action en justice face à cette mise en scène morbide».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix