«On peut traiter un leader politique de chienne» selon un député LREM

«On peut traiter un leader politique de chienne» selon un député LREM© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP Source: AFP
Le député des Hauts-de-Seine Jacques Marilossian le 28 juillet 2020 à l'Assemblée nationale
Suivez RT France surTelegram

Lors d'un débat télévisé sur CNews, le député de la majorité présidentielle Jacques Marilossian a tenté de défendre le rappeur Youssoupha, qui, dans une chanson, évoquait en 2006 «cette chienne de Marine Le Pen».

Le choix par la Fédération française de football (FFF) du rappeur Youssoupha pour entonner la chanson officielle des Bleus lors de l'Euro 2021 est loin de faire l'unanimité, particulièrement à droite de l'échiquier politique. Une décision qu'a toutefois souhaité défendre le député La République en marche (LREM) Jacques Marilossian lors d'un débat animé face entre autres à Florian Philippot, dans l'émission de Jean-Marc Morandini sur CNews.

Le rappeur contesté par certains responsables politiques a ainsi tenu dans ses chansons des propos injurieux à l'encontre de Marine Le Pen. Dans un album de 2006, le rappeur évoquait à propos de l'actuelle présidente du Rassemblement national «cette chienne de Marine Le Pen». Ce sont donc ces propos que l'élu de la majorité présidentielle a tenté de justifier en affirmant que «ce n’est pas une femme» qu’attaque Youssoupha dans ce morceau, mais «un leader politique». Or, selon lui, «on peut traiter un leader politique de chien ou de chienne», a-t-il ajouté sous les regards interloqués de Florian Philippot et de Jean-Marc Morandini. 

Pour lui il s'agit de «la liberté d’expression» du rappeur ajoutant tout de même que si «le leader politique n’est pas content, il peut porter plainte». Face à Jean-Marc Morandini qui lui demandait si, selon son raisonnement il est possible de «dire que Marlène Schiappa est une chienne», Jacques Marilossian a toutefois reconnu que cela «le choquerait», tout en ajoutant que si l'insulte était adressée à «la ministre Schiappa», il s'agirait encore de la liberté d’expression. Florian Philippot a conclu l'échange en déclarant à son interlocuteur visiblement mal à l'aise : «Vous vous rendez compte de l’image que vous renvoyez ? Vous vous enfoncez.»

Des propos dénoncés par certains membres du Rassemblement national comme Gilbert Collard qui sur Twitter a écrit que «réduire un être humain à une catégorie politique pour justifier l’injustifiable, c’est ce qu’on fait tous les tortionnaires de l’Histoire !»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»