Un homme abattu par le GIGN lors d'une intervention dans un camp de gens du voyage près de Nancy

Un homme abattu par le GIGN lors d'une intervention dans un camp de gens du voyage près de Nancy© Philippe LOPEZ Source: AFP
Un gendarme entrant dans son fourgon, à Carbon-Blanc, près de Bordeaux, le 2 mars 2021 (image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Des coups de feu ont été échangés entre des gendarmes et des gens du voyage lors d'une intervention près de Nancy. Un homme de 56 ans ayant tiré sur les forces de l'ordre avec son fusil est décédé des suites de ses blessures.

Ce 16 avril, un homme de 56 ans a été abattu par des gendarmes dans un camp réunissant des gens du voyage sédentarisés à Frouard, près de Nancy (Meurthe-et-Moselle). 

Comme le rapporte France Bleu, le procureur de Nancy François Pérain a indiqué dans un communiqué que les gendarmes venaient arrêter un homme de 56 ans et son fils, âgé de 19 ans. Ceux-ci étaient suspectés d’avoir agressé un voisin avec des barres à mine, comme le précise 20 Minutes. Le GIGN accompagnait les gendarmes, compte tenu du risque lié à la possession d'armes à feu par les suspects. Une fusillade s'est en effet déclenchée peu après 6h du matin au moment de l'interpellation.

Echange de tirs entre les gendarmes et les suspects

Selon les premiers éléments de l'enquête cités par François Pérain, «un homme, âgé de 19 ans, sort de sa caravane muni d'un fusil qu'il pointe en direction des militaires du GIGN. Un militaire fait alors usage de son arme à deux reprises, sans le toucher. Puis un deuxième homme, le père, sort de la caravane, armé lui aussi d'un fusil et tire sur les gendarmes. Gendarmes qui après avoir tenté de parlementer finissent par répliquer et touchent le quinquagénaire au thorax». L'homme est par la suite décédé de ses blessures ; aucun gendarme n'a été blessé. 

Les deux militaires du GIGN qui ont fait usage de leur arme et le fils du défunt ont été placés en garde à vue ce 16 avril au matin. François Pérain a indiqué à France Bleu que «les militaires du GIGN [étaient] en état de légitime défense» lorsqu'ils ont ouvert le feu. 

Une enquête a été ouverte pour tentative d'homicide sur personnels dépositaires de l'autorité publique à l'encontre du défunt, pour violences volontaires sur personnel dépositaire de l'autorité publique et avec usage d'une arme à l'encontre de son fils, et pour violences volontaires avec usage d’une arme par personne dépositaire de l’autorité publique à l’encontre d’un gendarme pour l’usage de son arme de service. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»