L'ENA sera remplacée par un «Institut du Service public» aux «profils moins déterminés socialement»

L'ENA sera remplacée par un «Institut du Service public» aux «profils moins déterminés socialement»© Patrick HERTZOG / AFP
Façade de l'ENA à Strasbourg, photographiée en 2011 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le président de la République a confirmé ce 8 avril qu'il allait supprimer l'ENA, qui sera remplacée par un «Institut du Service public». Celui-ci devra, notamment, «sélectionner des profils moins déterminés socialement».

C'est désormais officiel : l'ENA va disparaître. Selon l'AFP, Emmanuel Macron a annoncé ce 8 avril que la prestigieuse Ecole nationale d'administration allait être supprimée et remplacée par un «Institut du Service public» (ISP), qui devra «sélectionner des profils moins déterminés socialement».

Cette réforme avait été promise par le chef d'Etat face à la mobilisation des Gilets jaunes en 2019.

«L'ISP formera tous les élèves administrateurs de l'Etat et intégrera un tronc commun à 13 écoles de service public», ce qui constitue «une révolution profonde en termes de recrutement» dans la fonction publique, a précisé le chef de l'Etat devant 600 hauts fonctionnaires réunis en visioconférence, dans un discours transmis par la présidence. 

En outre, les diplômés de l'ISP devront passer plusieurs années dans des fonctions opérationnelles sur le terrain avant de pouvoir accéder aux postes de direction au sein de l'administration.

Un «populisme qui jette en pâture la haute fonction publique» ?

Le 25 avril 2019, Emmanuel Macron avait annoncé la suppression de l'ENA et la fin des grands corps (Conseil d'Etat, Cour des comptes, Inspection des finances, Mines, Ponts etc.) – l'école étant décriée par certains comme un symbole d'un entre-soi du pouvoir, ce qui alimenterait ressentiments et soupçons.

Après la confirmation présidentielle ce 8 avril du remplacement de l'ENA, le président de l'association des anciens élèves de cette école, Daniel Keller, a dénoncé sur BFMTV «une réaction panique en vue des élections qui approchent» ainsi qu'un «populisme qui jette en pâture la haute fonction publique».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»