Pour Didier Raoult, la chicha serait en partie responsable de la propagation du Covid-19

Pour Didier Raoult, la chicha serait en partie responsable de la propagation du Covid-19© Christophe Simon Source: AFP
Le professeur Didier Raoult en conférence de presse le 27 août à Marseille.

Le professeur Didier Raoult a émis dans une récente vidéo l'hypothèse d'une relation entre l'utilisation du narguilé et la propagation du Covid-19 chez des générations plus jeunes, avant d'avertir de ses dangers d'un point de vue épidémiologique.

Le directeur de l'IHU Méditerranée-Infection a déclaré lors d'une vidéo publiée le 2 mars que la «chicha était un modèle expérimental parfait pour la transmission». «On a regardé ce qui pouvait être une nouvelle cause de transmission et à l'occasion d'une petite investigation […] Je n'avais pas réalisé l'ampleur qu'à pris la consommation de chicha dans nos pays européens et aux Etats-Unis, c'est devenu énorme», a dans un premier temps noté l'épidémiologiste avant d'abonder dans des propos que l'on peut retrouver à 11 mn : «Ce truc est dégueulasse […] si on se passe ce truc dans lequel il y a de la salive, y compris si on change l'embout, c'est un modèle expérimental extraordinaire pour transmettre des maladies respiratoires».

Le professeur, grand défenseur de l'hydroxychloroquine au cours de l'année 2020 s'est questionné sur la relation de l'explosion des cas de Covid-19 chez les 25-35 ans à ce phénomène. «Les maladies infectieuses […] c'est toujours lié à l'usage d'une nouvelle technologie ou à un changement d'écosystème [or] ces choses-là n'existaient pas», argumente-t-il. Et d'ajouter : «il y avait déjà eu un travail qui a été fait sur la transmission des foyers de tuberculose en même temps que la chicha, c'est un travail qui a été fait en Australie».

L'usage commun des chichas représente un danger

«J'ai prévenu le ministère de la Santé de mon opinion sur ce problème-là et donc je pense que dans la situation actuelle, il ne faut pas partager la chicha. […] L'usage commun des chichas représente un danger», a-t-il conclu.

L'infectiologue s'était longuement confié au Figaro Magazine, en amont de la parution le 11 février 2021 de ses Carnets de guerre Covid-19 (éd. Michel Lafon). Dans un entretien publié le 5 février, le directeur de l'IHU Méditerranée de Marseille était revenu sur les nombreux débats qu'il a provoqués depuis le début de la pandémie de Covid-19. Le professeur avait alors indiqué n'avoir aucun regret à propos des différentes polémiques qu'il a pu susciter.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»