Manifestation contre la dissolution de Génération identitaire et rassemblement antifasciste à Paris

Un rassemblement contre la procédure de dissolution lancée par le ministre de l'Intérieur contre l'organisation anti-immigration Génération identitaire était organisé ce 20 février à Paris. Une contre-manifestation antifasciste a eu lieu non loin.

Mise à jour automatique
  • Ainsi que l'a rapporté son avocat en début de soirée, Jérôme Rodrigues a fait l'objet d'une garde à vue qui a duré «trois heures et demi». Expliquant s'être vu refuser une rencontre avec son client et dénonçant «la pratique des interpellations préventives et abusives», Arié Alimi a annoncé avoir déposé une plainte.

  • Selon des informations obtenues par le Huffington Post auprès du parquet de Paris, 24 personnes auraient été placées en garde à vue «en marge des manifestations de ce jour». «Au total, 26 personnes (pro ou anti Génération identitaire) ont été interpellées», a pour sa part rapporté l'AFP.

  • Malgré l'irruption de contre-manifestants venus perturber le rassemblement organisé en soutien à Génération identitaire, il n'y a pas eu de débordement massif, notamment en raison du dispositif policier conséquent mis en place dans le quartier. Sur place, l'équipe de RT France a pu rencontrer les organisateurs, mais aussi des personnalités politiques ayant fait le déplacement, tel que Florian Philippot, fondateur des Patriotes. 

  • Quelques instants avant la fin du rassemblement, des manifestants venus soutenir Génération identitaire ont frappé au sol l'un des militants antifas présents. Celui-ci a reçu des coups de pied à la tête avant d'être relevé par la police qui est intervenue pour séparer les protagonistes.

  • Peu de temps avant la fin du rassemblement, des membres de la manifestation en soutien à Génération identitaire ont jeté des projectiles et poursuivi un groupe d'antifas qui chantait «la police protège les fachos».

  • «La manifestation est terminée» a annoncé un organisateur, appelant les manifestants à se disperser.

  • La porte-parole de Génération identitaire Thaïs d'Escufon s'est exprimée devant les médias présents : «Gérald Darmanin ne nous apprécie pas, il n’apprécie pas nos idées, mais ce n’est pas pour autant que c’est un motif suffisant car nous sommes toujours restés dans le cadre de la loi».

  • Suite à l'arrivée de manifestants de mouvements antifas, les forces de l’ordre sont intervenues et un cordon de sécurité a été mis en place autour du rassemblement en soutien à Génération identitaire. On pouvait entendre le slogan : «Tout le monde déteste les antifas».

  • Le président de VIA (ex-Parti chrétien-démocrate) Jean-Frédéric Poisson a également pris la parole pour défendre Génération identitaire, avec ces mots : «Le combat de Génération identitaire est un beau combat, parce qu'il rappelle au peuple français que si jamais nous cessons de résister à ceux qui veulent changer notre mode de vie, nous disparaîtrons». Il a également salué une «démarche de résistance essentielle». «Les pouvoirs totalitaires ne s'installent qu'à l'aide d'un seul moyen [...] le fait de faire taire [leurs] opposants», a-t-il poursuivi.

  • Quelques manifestants de mouvements antifas ont réussi à approcher la manifestation contre la dissolution de Génération identitaire. Ils ont crié le slogan «Paris antifa !» avant d'être écartés par la police. 

Découvrir plus

Un rassemblement contre la procédure de dissolution de Génération identitaire, lancée par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, a été organisé ce 20 février à 14h place Denfert-Rochereau, dans le XIVe arrondissement de Paris.  

La manifestation – qui a été déclarée la semaine dernière en préfecture et autorisée – a regroupé entre 1 500 et 2 000 personnes, selon l'AFP. Les organisateurs avaient indiqué que le rassemblement aurait pour mot d'ordre la défense de«la liberté d’expression des lanceurs d’alerte sur les dégâts liés à l’immigration massive».

Une modeste contre-manifestation – quant à elle non-autorisée – menée par des organisations antifascistes a également eu lieu au même moment à 1,5 km de là, place du 18 Juin 1940. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»