«Il n'y aura pas de zones sans contrôles d'identité» : Castex désapprouve le Défenseur des droits

«Il n'y aura pas de zones sans contrôles d'identité» : Castex désapprouve le Défenseur des droits© Jean-Paul Pelissier Source: Reuters
Va-t-on vers une évolution des contrôles d'identité par les forces de l'ordre ? (image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Réagissant à une demande du Défenseur des droits d'«expérimenter» l'arrêt des contrôles d'identité dans certains zones, le Premier ministre a rabroué l'idée. Emmanuel Macron s'y opposerait aussi tout en déplorant des contrôles discriminatoires.

Lors des questions au gouvernement au Sénat le 17 février, Jean Castex a déclaré «solennellement devant le Sénat et devant le pays qu'il n'y a[vait] pas et qu'il n'y aura pas de zones sans contrôles d'identité, en application des lois de la République».

Si le Premier ministre a débuté son intervention en assurant qu'il «respectait» l'autorité du Défenseur des droits, il a aussi rappelé que celle-ci était une «autorité administrative indépendante qui formul[ait] un certain nombre de préconisations», et que le gouvernement était aussi «indépendant» de celle-ci.

Cette intervention n'est pas une réelle surprise puisque le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal avait déjà annoncé lors du point presse du Conseil des ministres, plus tôt dans la journée, que la proposition du Défenseur des droits, Claire Hédon ne serait pas «suivie» par l'exécutif.

Nommée par Emmanuel Macron, Claire Hédon revient sur son idée face au tollé

Le 12 février, Claire Hédon avait formulé l'idée sur France Info d'«expérimenter l'arrêt du contrôle d'identité». Pour elle, «dans certains quartiers, pour certains jeunes», ces contrôles devenaient «insupportables», jugeant que «dans 95% des cas, les contrôles d'identité ne donn[aient] rien». Le Défenseur des droits avait en conséquence suggéré la possibilité de créer «des zones sans contrôle d'identité».

Face à cette perspective, plusieurs élus ont protesté, ainsi que des syndicats policiers comme Alliance, qui l'a accusée de vouloir créer «des zones de non-droit».

Le Canard enchaîné rapporte le 17 février qu'Emmanuel Macron aurait été également irrité par la suggestion de Claire Hédon – que le président a nommée à ce poste durant l'été 2020 – déclarant qu'elle avait «franchi les limites de l'imbécilité [...] oubli[ant] qu'elle devait aussi défendre le droit». Emmanuel Macron avait malgré tout déploré le 4 décembre 2020 sur Brut le problème des contrôles discriminatoires levant, le lendemain, une levée de boucliers de la part de policiers.

Se défendant sur Europe 1 le 16 février, Claire Hédon a expliqué qu'elle n'a «jamais souhaité mettre fin aux contrôles d'identité» mais à «l'absence de contrôles d'identité dans certaines zones sans traçabilité», en évoquant le fait que certains étaient «discriminatoires». Elle a ainsi demandé la mise en place «soit d'un récépissé, [...] soit d'une quantification c'est-à-dire un enregistrement du nombre de contrôles [...] faits avec quels buts, soit [...] des caméras». Rétropédalage ?

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»