Violences du 1er Mai 2018 : le parquet réclame un procès pour Alexandre Benalla

- Avec AFP

Violences du 1er Mai 2018 : le parquet réclame un procès pour Alexandre Benalla© Jacques Demarthon Source: AFP
Alexande Benalla le 26 févier 2019 à paris (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La justice a demandé un procès en correctionnelle pour quatre personnes, dont Alexandre Benalla pour des violences commises lors du 1er Mai. La diffusion des images de ces violences avait engendré un scandale embarrassant pour la présidence Macron.

Le parquet de Paris a requis un procès pour l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron à l'Elysée, Alexandre Benalla, dans l'affaire des violences du 1er mai 2018, a appris le 9 février l'AFP de source proche du dossier, ce qu'a confirmé le parquet.

Dans son réquisitoire définitif, le parquet demande un procès en correctionnelle pour quatre personnes dont Alexandre Benalla, âgé aujourd'hui de 29 ans, accusé notamment d'avoir commis des «violences volontaires», dans ce dossier qui a empoisonné la première partie de la présidence d'Emmanuel Macron. La décision finale sur un procès revient désormais aux juges d'instruction chargés de ces investigations.

Dans le volet du 1er Mai, point de départ du scandale Benalla révélé par Le Monde, cinq personnes avaient été mises en examen dans cette enquête ouverte le 19 juillet 2018 pour des faits de violences. Rapidement élargie à des faits de détournements d'images de vidéosurveillance, elle avait été confiée à des juges d'instruction trois jours plus tard.

Le parquet de Paris demande un procès pour l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron à l’Elysée pour plusieurs infractions, notamment «violences volontaires», «immixtion sans titre dans l'exercice d'une fonction publique» ou encore «port d'arme» non-autorisé.

Vincent Crase et deux hauts gradés de la police visés eux aussi 

Le parquet demande également un procès pour ces mêmes infractions pour son acolyte Vincent Crase, ex-salarié de La République en marche.

Les deux sont accusés d'avoir molesté des manifestants place de la Contrescarpe à Paris ainsi qu'au Jardin des plantes en marge du défilé du 1er Mai.

Alexandre Benalla et Vincent Crase contestent les violences, estimant avoir aidé les forces de l'ordre à interpeller des manifestants qui leur jetaient des projectiles.

Deux anciens hauts gradés de la préfecture de police de Paris, impliqués dans la remise des images des incidents de la place de la Contrescarpe à Alexandre Benalla, font également l'objet de réquisitions de renvoi, notamment pour «violation du secret professionnel».

Il s'agit de Laurent Simonin, alors chef d'état-major adjoint de la puissante Direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) de la préfecture de police, et de Maxence Creusat, commissaire de police de cette même DOPC.

Le parquet de Paris demande en revanche un non-lieu pour un troisième fonctionnaire de police.

Cinq manifestants se sont constitués partie civile dans ce dossier, dont un couple interpellé place de la Contrescarpe par Alexandre Benalla et Vincent Crase. 

Le couple de manifestants a été condamné en février 2019 à 500 euros d'amende pour des jets de projectiles sur les policiers le jour des faits.

Outre ce dossier emblématique, Alexandre Benalla est visé par quatre autres procédures.

Dans celui de l'utilisation frauduleuse de passeports diplomatiques et de service, Alexandre Benalla a déjà été renvoyé fin janvier en correctionnelle.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»