«Du sang et des larmes» : l'inquiétude de l'AP-HP concernant le contrôle de l'épidémie de Covid-19

- Avec AFP

«Du sang et des larmes» : l'inquiétude de l'AP-HP concernant le contrôle de l'épidémie de Covid-19© Martin BUREAU Source: AFP
L'AP-HP alerte sur la situation sanitaire dans ses hôpitaux (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'un des responsables de l'AP-HP a estimé que l'épidémie de Covid-19 était «mal contrôlée par les mesures actuelles» et prévoit une vague épidémique «importante». Il préconise dès lors un nouveau confinement.

L'épidémie de Covid-19 «est mal contrôlée par les mesures actuelles», a estimé le 5 février 2021 le directeur médical de crise de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Bruno Riou, après que le gouvernement a annoncé le 4 février ne pas procéder à un nouveau confinement.

«On risque d'avoir à faire face à une vague épidémique importante alors que nous sommes déjà à un niveau élevé de l'épidémie. Ça devient une quasi-certitude», a ainsi fait savoir le professeur Bruno Riou au cours d'un point de presse, jugeant que la prédominance du variant anglais était «inéluctable». 

Des décisions trop tardives, selon Bruno Riou

«La situation s'est un peu aggravée par rapport à la semaine dernière et je ne vois pas bien pourquoi elle s'améliorerait», a également indiqué Bruno Riou, qui avait appelé fin janvier à «un confinement le plus vite possible». 

Or, selon le Premier ministre Jean Castex, «la situation ne justifie pas à ce jour» (4 février) un nouveau confinement, tout en affirmant que l'exécutif n'hésiterait «pas à prendre [ses] responsabilités» en cas de «dégradation forte et rapide» des indicateurs sanitaires en raison de l'épidémie de Covid-19. 

«Toutes les décisions de confinement ont été prises relativement tardivement. Je m'attends à ce que le même genre de décision tardive soit prise», a commenté Bruno Riou.

Aujourd'hui, l'AP-HP a «700 malades en réanimation avec une activité hors Covid qui reste très élevée, plus élevée qu'elle ne l'était pendant la première vague, plus élevée qu'elle ne l'était pendant la deuxième vague. Elle est aujourd'hui quasiment normale par rapport à la même situation l'année dernière», a détaillé pour sa part le directeur adjoint de l'AP-HP, François Crémieux.

«Nous allons débuter les déprogrammations dans les hôpitaux les plus impactés», a averti Bruno Riou, jugeant possible que l'Ile-de-France ait recours à des transferts interrégionaux de patients «dans les semaines qui viennent». «Le problème, c'est que je m'interroge sur la capacité des régions à ce moment-là à nous venir en aide», a-t-il poursuivi.

«Il est clair que nous allons vivre des moments très difficiles dans les semaines qui viennent. Ces difficultés, c'est aussi notre métier et elles seront de toute façon moins importantes que les difficultés que vont avoir nos patients et leurs proches», a-t-il ajouté, confessant qu'en tant que directeur médical de crise de l'Assistance publique, sa «mission» était avant tout de «mobiliser au maximum toutes les forces de l'AP-HP», mais n'avoir à proposer «qu'un discours churchillien sur le sang et les larmes».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»