Cinq salariés d'Air France seront jugés pour «violences aggravées»

Les salariés d'Air France seront jugés pour les violences commise sur le DRH de l'entreprise. Source: Reuters
Les salariés d'Air France seront jugés pour les violences commise sur le DRH de l'entreprise.

Les salariés d'Air France arrêtés lundi matin seront prochainement jugés par le tribunal correctionnel de Bobigny pour des faits de violences à l'encontre de membres de la direction d'Air France.

Placés en garde à vue lundi matin dès 6 heures, cinq salariés d'Air France ont été déférés devant le Parquet de Bobigny et pourraient être jugés prochainement, annonce le parquet de la ville de Seine-Saint-Denis. 

Suite aux violences du 5 octobre dernier, ils seront jugés pour «violences aggravées», ces dernière ayant été commises en réunion. «Ils sont actuellement présentés à un magistrat du parquet, qui va leur notifier leur convocation pour être jugés, dans un délai court de 10 jours à deux mois», a déclaré le parquet de Bobigny. 

Soupçonnés d'avoir exercé des violences, ils avaient été interpellés lundi, pour certains au petit matin à leur domicile. Selon une source proche du dossier, certains ont un mandat syndical à la CGT.

Ces arrestations font suite aux violences commises à l'encontre de certains dirigeants d'Air Franc le lundi 5 octobre en marge d'un comité central d'entreprise (CCE) consacré à l'annonce d'un plan de restructuration impliquant une possible suppression de 2.900 postes.

Après ces violences, dont les images ont fait le tour du monde, au moins dix plaintes ont été déposées: celles de six vigiles et trois cadres de l'entreprise pour des «violences» et celle d'Air France pour «entrave au CCE» et «dégradations».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales