Un jeune homme handicapé frappé et tondu lors d'une violente agression en réunion

Un jeune homme handicapé frappé et tondu lors d'une violente agression en réunion© Capture d'écran Snapchat
Photo de l'agression du jeune homme handicapé
Suivez RT France surTelegram

Un jeune déficient mental a été violemment agressé dans la soirée du 30 janvier par un groupe de jeunes. Le parquet de Belfort a ouvert une enquête entre autres pour «violence commise en réunion» après la diffusion des images sur les réseaux sociaux.

Dans la nuit du 30 janvier, d'effroyables images d'une violente agression ont circulé sur les réseaux sociaux. Ces images montrent un jeune déficient mental frappé et tondu par certaines de ses connaissances, comme l'a rapporté L'Est Républicain. Les agresseurs ont publié des vidéos avant qu’elles ne soient supprimées. On peut y voir le garçon assis recevoir de nombreux coups sous le regard amusé de ses agresseurs. 

Dans une autre séquence, l’un des participants à cette sinistre mise en scène lui tond une partie des cheveux à l’aide d’un rasoir. «Comme ça, tu auras une coupe propre», lance l’un des autres tortionnaires. Le jeune homme aurait également été brulé avec un mégot de cigarette et forcé de boire l’urine des agresseurs.

Cette agression se serait tenue dans la nuit du 30 au 31 janvier dans le territoire de Belfort. Les agresseurs sont des mineurs originaires de communes de la couronne belfortaine : Dorans, Novillars, Bavilliers, Offemont et Petit-Croix. Ian Boucard, député du Territoire de Belfort, a signalé l’agression aux autorités. Il affirme avoir «avisé le Prefet et le commissaire pour que les auteurs de ces faits soient retrouvés rapidement».

Ouverture d'une enquête 

Le Procureur de la République à Belfort Éric Plantier a ordonné l’ouverture d’une enquête, confiée à la brigade de recherches de Belfort, pour «violence commise en réunion sans incapacité», «diffusion de l’enregistrement d’images relatives à la commission d’une atteinte volontaire à l’intégrité de la personne» et «atteinte à l’intimité de la vie privée par enregistrement de l’image d’une personne».

Selon L’Est Républicain, la victime suivrait une formation professionnelle à l’IME de Giromagny, afin d’intégrer ensuite un ESAT (Etablissement et service d’aide par le travail). Contacté par le même média, son père aurait entrepris de déposer plainte le 1er février. Il avait l’intention d’emmener son fils consulter un psychiatre. «Il ne va pas bien», confie-t-il avant d'ajouter : «Et nous non plus.»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»