Roselyne Bachelot veut faire «réexaminer» le certificat presse de FranceSoir

Roselyne Bachelot veut faire «réexaminer» le certificat presse de FranceSoir© Capture d'écran du site de FranceSoir.fr
Le site FranceSoir avait notamment publié la tribune "J'Appelle !", dans laquelle Francis Lalanne exhortait à la destitution d'Emmanuel Macron (image d'illustration).

La ministre annonce qu'elle souhaite «vérifier» que les conditions du certificat de service de presse dont bénéficie ce média sont «respectées». FranceSoir avait notamment fait polémique en publiant une tribune appelant à destituer Macron.

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot fait savoir ce 29 janvier sur Twitter qu'elle a demandé à faire «réexamin[er] le certificat d’IPG (information politique et générale) délivré au service de presse en ligne Francesoir, dont le terme est en principe septembre 2022, afin de vérifier dès maintenant que ses conditions d’octroi sont bien toujours respectées».

Le statut dit IPG ouvre droit, pour les publications en ligne, à certains avantages fiscaux et aux aides potentielles du Fonds stratégique pour le développement de la presse (FSDP), rappelle l'AFP. Ses critères d'attribution sont précisés dans un décret de 2009.

La tribune de Francis Lalanne en cause ?

Le site avait récemment fait polémique en publiant une tribune du chanteur Francis Lalanne, dans laquelle ce dernier exhortait le Parlement et l'armée à destituer Emmanuel Macron. Toutefois, Roselyne Bachelot n'a pas précisé si cette soudaine demande était ou non liée à cette publication en particulier.

En dehors de la question juridique que soulevait la publication de cette tribune, d'anciens journalistes de France-Soir, appuyés par le principal syndicat des journalistes SNJ, avaient récemment lancé une pétition «pour que France-Soir retrouve son honneur et sa déontologie journalistique».

Les pétitionnaires y accusaient le directeur de la publication, Xavier Azalbert, d'utiliser ce site comme «une tribune purement personnelle sous le titre et le logo de l’ancien grand quotidien national France-Soir». Les pétitionnaires jugeaient par ailleurs «inadmissible que cette publication via Internet puisse répandre en toute impunité de fausses informations et des thèses complotistes dangereuses pour la société».

Interrogé par Libération, Xavier Azalbert avait fait part de sa stupéfaction et estimé que le texte de cette pétition «port[ait] atteinte à la liberté d’expression».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»