Lien établi entre les meurtres de Drôme-Ardèche et celui d'une responsable des ressources humaines

Lien établi entre les meurtres de Drôme-Ardèche et celui d'une responsable des ressources humaines© Philippe Desmazes Source: AFP
Les secours présents après l'attaque de Guilherand-Granges (Ardèche) le 28 janvier (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le meurtre d'une conseillère Pôle emploi et d'une employée commis en Drôme puis en Ardèche sont liés à un précédent homicide par arme à feu commis deux jours plus tôt dans le Haut-Rhin, selon le parquet de Mulhouse.

Les deux meurtres commis le 28 janvier dans la Drôme puis en Ardèche, pour lesquels un homme est en garde à vue à Valence, sont liés à un précédent homicide par arme à feu commis le 26 janvier dans le Haut-Rhin, selon une source proche de l'enquête évoquée par l'AFP. 

«Le lien avec les faits de l'Est est désormais confirmé [mais] le suspect ne parle pas pour l'instant», a déclaré cette source à l'AFP. L'information a été confirmée ce 1er février par le parquet de Mulhouse. 

«Il est mutique, il ne parle pas du tout sur les faits, ne répond pas aux questions», a confirmé à l'AFP le procureur de la République à Valence, Alex Perrin, précisant que la garde à vue de Gabriel F., 45 ans, avait été prolongée de 24 heures ce 29 janvier au matin.

«Les faits du Haut-Rhin sont traités par les parquets de Mulhouse et Colmar, on essaie de voir s'il y a un lien à faire. Ce n'est pas improbable, des vérifications sont en cours», a ajouté le magistrat.

Le 28 janvier, le suspect domicilié à Nancy a tué par balle une conseillère dans une agence de Pôle emploi à Valence, où il avait été inscrit jusqu'en 2013. Il a ensuite abattu la directrice des ressources humaines d'une entreprise en Ardèche dont il s'était fait licencier dans le passé, avant d'être interpellé par la police.

Très vite, les enquêteurs ont fait le rapprochement avec une autre affaire : le meurtre d'une DRH survenu le 26 janvier dans le Haut-Rhin, suivi de l'agression d'un homme travaillant lui aussi dans les ressources humaines dans le même département.

Selon la presse alsacienne, ces deux personnes sont liées à un plan social ayant touché, dans les années 2000, une entreprise d'Eure-et-Loir, le bureau d'études Francel à Gallardon près de Chartres dont le suspect de Valence était salarié à l'époque, comme le décrit France 3.

L'agresseur qui a pris la fuite le 26 janvier à Wattwiller (Haut-Rhin) était au volant d'une voiture rouge, de la même couleur que celle utilisée par l'homme arrêté dans la Drôme. Des expertises ont par ailleurs été réalisées sur les armes retrouvées dans son véhicule et sur le site de l'entreprise ardéchoise, et les douilles retrouvées en Alsace.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix