Paris : des individus cagoulés attaquent les membres d'un syndicat étudiant de droite

Auteur: RT France
Suivez RT France surTelegram

Des étudiants de droite ont fait face à des individus se revendiquant de l'antifascisme lors d'une manifestation organisée à Paris contre la gestion de la crise sanitaire qui touche l'Education nationale. Au moins deux jeunes ont été blessés.

Des membres de la Cocarde étudiante – une organisation étudiante de droite qui rassemble différents courants souverainistes universitaires – ont été pris à partie ce 26 janvier à Paris par un groupe d'individus cagoulés. La scène s'est déroulée autour du boulevard Saint-Michel, sur le parcours de la manifestation organisée le jour même dans la capitale, à l'appel de plusieurs organisations dans les milieux enseignant et étudiant, notamment pour réclamer la réouverture d'établissements et dénoncer la précarité grandissante en période de crise sanitaire.

«Les étudiants de Cocarde étudiante sauvagement agressés par des militants antifascistes lors d'une manifestation à Paris», a rapporté Valeurs actuelles sur Twitter, vidéo à l'appui. «Barrez-vous», entend-on à plusieurs reprises dans la séquence en question, qui montre d'abord une scène de tension entre les deux groupes, avant que les étudiants de droite ne soient chassés à coups de bâton et par des jets de projectiles.

Deux personnes ont été blessées, toujours selon Valeurs actuelles, qui précise que les agresseurs «étaient armés de bâtons ou encore de cadenas» : «Ils ont aussi lancé des pavés et des bouteilles en verre», peut-on lire sur Twitter.

Ainsi que le rapporte l'AFP, des milliers de personnels de l'éducation nationale, rejoints par les infirmières scolaires mais aussi les lycéens et les étudiants, se sont mobilisés ce 26 janvier partout en France pour dénoncer leurs conditions de travail et la gestion de la crise sanitaire.

Selon le ministère de l'Education, le taux de grévistes parmi les enseignants s'élevait à la mi-journée à 11%.

De son côté, le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, relevait un tiers de grévistes. Dans le second degré, le Snes-FSU, estimait ce taux à 40%.

A l'appel d'une intersyndicale composée notamment de la FSU, de la CGT et de FO, des défilés se sont tenus à Paris et dans de nombreuses villes comme Marseille, Toulouse, Rennes, Bordeaux, Grenoble ou Clermont-Ferrand.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»