Enquête ouverte pour «prise illégale d'intérêts» visant le ministre Sébastien Lecornu

- Avec AFP

Enquête ouverte pour «prise illégale d'intérêts» visant le ministre Sébastien Lecornu© Ludovic MARIN Source: AFP
Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu sur le perron de l'Elysée, le 22 mai 2019 (image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Une enquête préliminaire pour «prise illégale d'intérêts» vise le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu pour ses activités passées à la tête du département de l'Eure, a indiqué ce 13 janvier à l'AFP le Parquet national financier.

Confirmant ainsi des informations du Canard enchaîné et de Libération, le Parquet national financier (PNF) a indiqué ce 13 janvier à l'AFP qu'une enquête préliminaire pour «prise illégale d'intérêts» visait le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, pour des faits remontant à l'époque où il cumulait les fonctions de président du conseil départemental de l’Eure et un poste d'administrateur de la Société des autoroutes Paris-Normandie.

Cette enquête a été ouverte en mars 2019 des chefs de «prise illégale d'intérêts» et d'«omission de déclaration à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique». Elle a été confiée à l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF). 

Selon Libération, cette enquête visant l'«étoile montante de la macronie» est née à la suite d'un courrier d'un «banquier des collectivités locales reconverti dans l'énergie» adressé en janvier 2019 à la magistrate Eliane Houlette, qui était alors à la tête du PNF.

Dans sa déclaration à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), Sébastien Lecornu affirme avoir touché entre juillet 2016 et juin 2017 un total de 7 874 euros bruts de «jetons de présence» comme administrateur de la Société des autoroutes Paris Normandie (SAPN). Or, Sébastien Lecornu était au même moment président du département de l'Eure et a, «à ce titre, approuvé plusieurs délibérations» de la collectivité ayant trait à la SAPN – au moins quatre selon le Canard, cinq selon Libération.

Sollicité par l'AFP, le cabinet du ministre a indiqué que «ce mandat a été exercé par Sébastien Lecornu de façon totalement transparente, faisant l’objet des publications légales classiques et d’une déclaration à la HATVP». «Sébastien Lecornu a tout simplement poursuivi une pratique historique, à la suite de son élection, en siégeant pendant un an au sein du Conseil de SAPN» a ajouté cette source, en ajoutant que «la gestion du réseau routier a toujours été associée à la sphère publique». «Lorsqu’en 2005 les autoroutes ont été concédées par l'Etat à des opérateurs privés, il a été nécessaire de maintenir [...] des liens étroits avec les autorités publiques» et «à ce titre, les départements du Calvados, de la Seine-Maritime et de l’Eure sont actionnaires minoritaires de SAPN et, dès lors, participent à l’assemblée générale», a précisé le cabinet.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»