Le Sénat français examine une résolution pour la reconnaissance de la «République du Haut-Karabagh»

- Avec AFP

Le Sénat français examine une résolution pour la reconnaissance de la «République du Haut-Karabagh»© Ludovic MARIN Source: AFP
Une manifestation de soutien au Haut-Karabagh (Artsakh) devant l'Assemblée nationale, à Paris, le 13 octobre 2020 (image d'illustration).

La chambre haute doit voter un texte sur un projet de résolution visant à reconnaître la «République du Haut-Karabagh» porté par des élus de tous bords politiques.

Le 25 novembre aura lieu au Sénat un vote portant un projet de résolution concernant la «nécessité» de la reconnaissance «de la République du Haut-Karabagh». Le texte est co-signé par les deux principales composantes de la majorité sénatoriale de droite et par les trois groupes de gauche.

Cette proposition – qui n'a pas de valeur contraignante – a été inscrite à l'ordre du jour de la chambre haute à la demande de son président membre des Républicains (LR) Gérard Larcher. Co-signé par les présidents des groupes LR (Bruno Retailleau), centriste (Hervé Marseille), PS (Patrick Kanner), CRCE à majorité communiste (Eliane Assassi) et écologiste (Guillaume Gontard), il a toutes les chances d'être adopté.

Le 19 novembre – le lendemain de l'enregistrement du texte à la Présidence du Sénat – Bruno Retailleau s'était exprimé en ces termes sur Sud-Radio : «C’est une première. Il y a 20 ans pratiquement, la France a été de toutes les nations du monde la première à reconnaître le génocide arménien ; sans doute que pour la première fois au Sénat, le 25 novembre prochain, nous allons voter une résolution pour condamner les agissements de M. Erdogan et demander aussi une enquête internationale pour les crimes de guerre commis là-bas, notamment dans le Haut-Karabagh, mais surtout pour demander la reconnaissance de la République du Haut-Karabagh».

Un texte similaire a été déposé en octobre à l'Assemblée nationale. Il a également été co-signé par des députés de tous bords, dont François Pupponi (ex-PS), Jean-Christophe Lagarde (UDI), Aurore Bergé (LREM) ou encore Michèle Tabarot (LR). Cette «proposition de résolution sur la reconnaissance de la République d’Artsakh» dénonce la «guerre d’une violence sans précédent contre la population du Haut‑Karabakh (de son nom arménien, Artsakh)» déclenchée par l'Azerbaïdjan le 27 septembre dernier, raison pour laquelle elle demande «que les droits fondamentaux de la population d’Artsakh soient reconnus et protégés par la reconnaissance formelle de la République d’Artsakh».

Avec 600 000 membres, la France compte la plus grande diaspora arménienne d'Europe. Des liens profonds et une longue amitié entre les deux pays qui a pesé dans le choix transpartisan de défendre le Haut-Karabagh, région majoritairement peuplée d'Arméniens enclavée en Azerbaïdjan. Un cessez-le-feu a été signé le 9 novembre entre Erevan et Bakou sous l'égide de Moscou afin de mettre fin aux combats meurtriers qui avaient repris dans la région il y a deux mois. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»