Pour Darmanin, le risque terroriste a «peut-être» été «collectivement un peu mis derrière nous»

- Avec AFP

Pour Darmanin, le risque terroriste a «peut-être» été «collectivement un peu mis derrière nous»© Bertrand Guay Source: AFP
Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, en visite dans une synagogue à Boulogne-Billancourt, le 27 septembre 2020.

En visite dans une synagogue à Boulogne-Billancourt, Gérald Darmanin a déclaré que le terrorisme avait «peut-être» été «collectivement un peu mis derrière nous».

Après l'attaque au hachoir, le 25 septembre, près des anciens locaux parisiens de Charlie Hebdo, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin visitait une synagogue à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) afin de présenter son plan sécurité pour la fête juive de Yom Kippour (27 septembre).

Le ministre de l'Intérieur est là pour rappeler la réalité aux Français

Le ministre de l'Intérieur a estimé que les Français et leurs dirigeants avaient «peut-être […] collectivement» mis derrière eux la réalité du terrorisme islamique, deux jours après l'attaque au hachoir à Paris.

«Le ministre de l'Intérieur est là pour rappeler la réalité aux Français. Nous sommes dans une situation extrêmement critique, nous sommes en guerre contre le terrorisme islamique, et peut-être que nous l'avons collectivement un peu mis derrière nous», a-t-il admis. 

J'ai demandé au préfet de police de Paris de renforcer la sécurisation d'un nombre de sites, y compris de sites qui peuvent être symboliques

Le ministre a tenu à ajouter sur Twitter que «le gouvernement n’a jamais baissé la garde face à la menace terroriste».

Son entourage a précisé à l'AFP en fin de matinée que le «nous» employé par le ministre se référait au «pays» qui, dans son ensemble, «avait peut-être estimé que la menace était moins forte grâce notamment à l'action des services de l'Etat». 

Deux jours après l'attaque au hachoir qui a fait deux blessés graves devant les anciens locaux de Charlie Hebdo à Paris, Gérald Darmanin a rappelé que 32 attentats ont été déjoués depuis trois ans. «C'est à peu près un par mois», a-t-il insisté.

«J'ai demandé au préfet de police de Paris de renforcer la sécurisation d'un nombre de sites, y compris de sites qui peuvent être symboliques», comme les anciens locaux du journal satirique, a-t-il annoncé. «Les juifs sont particulièrement la cible des attentats islamistes», a ajouté le ministre, évoquant 774 points (écoles, synagogues) «qui sont protégés» et plus de 7 000 policiers et militaires mobilisés le 27 septembre pour Yom Kippour.

Sur France 2, le 25 septembre, Gérald Darmanin déclarait qu'il avait «demandé au préfet de police de [lui] dire pourquoi [la police avait] sous-évalué la menace dans cette rue, la rue [Nicolas] Appert», située dans le XIe arrondissement de Paris.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»