Séparatismes : Darmanin évoque «un dialogue plus facile» avec l'islam «qu’avec les autres cultes»

Séparatismes : Darmanin évoque «un dialogue plus facile» avec l'islam «qu’avec les autres cultes»© Ludovic Marin Source: AFP
Gérald Darmanin quittant le conseil des ministres à l'Elysée le 16 septembre 2020. (Image d'illustration)

En visite à la Grande Mosquée de Paris, Gérald Darmanin a plaidé pour un dialogue entre les dignitaires musulmans et la République, estimant, d'après son expérience de maire, que celui-ci était «plus facile» qu'avec les «autres cultes».

Le ministre de l'Intérieur en charge des cultes, Gérald Darmanin, était en visite à la Grande Mosquée de Paris le 18 septembre afin de rencontrer les responsables musulmans en amont du projet de loi contre les séparatismes. L'occasion pour le ministre de l'Intérieur de rassurer son auditoire : «L'islam est la religion qui aura le moins de difficulté à travailler avec la République», a-t-il déclaré selon des propos rapportés par La Croix.

«Nous avons trois mois de concertation. Le texte n'est pas rédigé, on va le faire ensemble, on va discuter de l'ensemble des dispositions», a-t-il assuré par ailleurs. Il a en outre, relate La Croix, estimé que l'islam, religion encore récente en France, devait s'accorder avec la République. 

De l'aveu du locataire de la place Beauvau, son expérience avec les représentants musulmans durant son mandat de maire à Tourcoing était par ailleurs celle «d’un dialogue plus facile, d’une discussion plus spontanée qu’avec les autres cultes».

Le ministre de l'Intérieur en a profité pour rappeler ses origines algériennes : «Vous savez d'où je viens», a-t-il insinué, selon La Croix.

«Les imams constituent le socle de la deuxième religion de France, au sein de laquelle la pluralité des voix doit vivre afin de prévenir toute dérive sectaire», a écrit par ailleurs le ministre sur Twitter.

Gérald Darmanin a également tenu à saluer le recteur de la Grande Mosquée, Chems-Eddine Hafiz, pour «ses interventions publiques et sa prise de position courageuse publiée à l’occasion de l’ouverture du procès relatif à l’attentat de Charlie Hebdo ».

«Emmanuel Macron définira le 2 octobre sa stratégie contre les "séparatismes", notamment l'islamisme radical, avant la présentation d'un projet de loi à l'automne sur ce dossier qui fait partie des priorités de la fin du quinquennat», a annoncé l'AFP le 21 septembre en référence à des sources proches de la présidence. 

Le 21 septembre, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a déclaré sur France Inter que ce projet de loi, qui vise désormais «les séparatismes» − cible plus large que l'islamisme − marquerait une «nouvelle étape».

À peine lancé, le débat en cours a alimenté des polémiques dont la dernière en date est survenue le 17 septembre lors d'une audition à l'Assemblée nationale, durant laquelle des députés LR et une élue LREM ont quitté la salle pour protester contre la présence d'une syndicaliste étudiante voilée, ce qui a été perçu comme une provocation.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»