«Antisémitisme, complotisme, apologie d'Hitler» : la Licra dénonce le rappeur Freeze Corleone

«Antisémitisme, complotisme, apologie d'Hitler» : la Licra dénonce le rappeur Freeze Corleone© Capture d'écran Twitter @Licra
Le rappeur Freeze Corleone dans le clip de sa chanson 669 (image d'illustration)

La sortie du dernier album de Freeze Corleone, la Menace fantôme, suscite une vive polémique en raison des paroles du rappeur, épinglés par la Licra. L'affaire a fait réagir de nombreux politiques ; une enquête a été ouverte.

Dans un tweet publié le 16 septembre, la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) dénonce le rappeur Freeze Corleone pour des propos tenus dans plusieurs de ses titres : «Antisémitisme, complotisme, apologie d'Hitler, du IIIe Reich et du terroriste Mollah Omar, le rappeur [Freeze Corleone] fait business de son obsession des juifs.»

La Licra appelle à la fin de «l’impunité». Elle demande également «à l’ensemble des acteurs partenaires de prendre leurs responsabilités». Le dernier album du rappeur, La Menace fantôme, sorti le 11 septembre et qui comptabilisait plus de cinq millions de streams 24 heures après sa diffusion sur Spotify, a donné une nouvelle visibilité à l’artiste. Dans le titre Freeze Raël, le rappeur scande : «Freeze Raël, sur la prod, kicke comme Israël. Fuck ces nègres comme Israël, Chen Laden dans l’complot comme les Ben Laden, Chirak comme JB Binladen.»

J’arrive déterminé comme Adolf dans les années 30

«Tout pour mes enfants pour que la famille vive comme des rentiers juifs»; «J’arrive déterminé comme Adolf dans les années 30»; «Sur la route du papier monte un empire comme le jeune Adolf, déterminé avec des grandes ambitions comme le jeune Adolf»; «J’ai les techniques de propagande de Goebbels»; «On arrive dans des allemandes comme des SS»; «Tous les jours R.A.F. [rien à foutre] de la Shoah», peut-on aussi entendre dans d'autres titres. Des paroles qui comptent par ailleurs des références à l’ancien chef taliban Mohammed Omar : «Seigneur de guerre comme le mollah Omar.»

Des députés LREM signent une lettre ouverte au ministre de la Justice

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, s'est offusqué dans un tweet publié le 17 septembre : «Apologie du nazisme et antisémitisme... Ces propos sont inqualifiables. A ma demande, le ministère de l’Intérieur étudie au plus vite les recours juridiques pour poursuivre leur auteur. D’ores et déjà, j’appelle Facebook et Twitter à ne pas diffuser ces immondices.»

Plusieurs dizaines de députés LREM ont de leur côté signé une lettre ouverte : «Nous, députés de la Nation, fervents défenseurs de la République, citoyens viscéralement attachés à ses valeurs, sommes profondément choqués des propos absolument détestables antisémites et négationnistes tenus par "Freeze Corleone" […] Nous demandons au ministre de la Justice Eric Dupond-Morretti d’agir pour que l’auteur de ce clip abject soit puni.»

Le Délégué interministériel à la lutte contre le racisme l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah) Frédéric Potier a lui indiqué avoir fait un signalement auprès du procureur de Paris après avoir recensé neuf passages qui constitueraient une incitation à la haine raciale, selon une saisine consultée par l'AFP et faite en vertu de l'article 40 du code de procédure pénale.

Le ministère de l'Intérieur a également affirmé à l'AFP qu'un signalement en vertu de ce même article serait fait dans l'après-midi. Dans un tweet, le chef de file des députés LREM Christope Castaner a aussi expliqué avoir saisi le procureur face à un clip «intolérable».

«Le faux artiste et vrai prêcheur de haine [Freeze Corleone] doit être radié de toutes les plateformes numériques, ses chansons de haine interdites à la diffusion», a commenté le député Les Républicains Eric Ciotti.

L'adjointe d'Anne Hidalgo Audrey Pulvar a elle déclaré : «L'antisémitisme n'est pas une opinion, c'est un délit. L'apologie du IIIe Reich n'est pas non plus une opinion, c'est aussi un délit.»

Le philosophe Raphaël Enthoven interroge : «Qui est ce nazillon ?»

Le 1er septembre, la Fnac a retiré la Menace Fantôme de son site internet et annulé toutes les précommandes, sans apporter plus de précisions sur les motivations de sa décision. Freeze Corleone, de son vrai nom Issa Lorenzo Diakhaté, est né le 6 juin 1992 aux Lilas (Seine-Saint-Denis). Il est connu dans le monde du rap pour des albums tels que «Vieilles merdes», «THC» ou «Projet Blue Team».

Enquête ouverte par le parquet de Paris

Quelques heures après la montée de la polémique, le procureur de Paris, Rémy Heitz, a annoncé dans un communiqué avoir «pris l'initiative d'ouvrir [...] une enquête portant sur différents clips vidéo et chansons de Freeze Corleone» pour «provocation à la haine raciale» et «injure à caractère raciste». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»