Alain Soral mis en examen pour «provocation» et «injure» publiques

- Avec AFP

Alain Soral mis en examen pour «provocation» et «injure» publiques© LOIC VENANCE Source: AFP
Alain Soral s'adresse à des journalistes à son arrivée au palais de justice de Paris, en mars 2015 (image d'illustration).

Le polémiste et essayiste controversé Alain Soral a été mis en examen jeudi 30 juillet, en raison notamment de propos tenus sur son site internet Egalité et réconciliation.

Alain Soral, de son vrai nom Alain Bonnet, avait été interpellé et placé en garde à vue mardi 28 juillet. Il a été déféré jeudi 30 juillet au tribunal judiciaire de Paris puis présenté à un juge d'instruction.

Le magistrat l'a mis en examen pour «provocation publique non suivie d'effet», «injure publique à raison de l'origine ou de l'appartenance ou de la non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée» et «provocation publique à la haine ou à la violence, à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes à raison de l'origine ou de l'appartenance ou de la non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée», dans le cadre d'une information judiciaire ouverte le 30 juillet.

En cause notamment, selon des informations recueillies par l'AFP auprès du parquet de Paris : des propos tenus sur son site internet Egalite et réconciliation, qui ne sont pas précisés par l'agence.

Selon des sources proches de l'enquête citées par Le Parisien, les faits visent des écrits et propos d'Alain Soral «publiés ou tenus en mars 2020 sur sa chaîne vidéo YouTube, en avril 2020 sur le réseau social russe Vkontakte (VK) et en mai 2020 sur son site Egalité et réconciliation». Le quotidien ajoute : «Une phrase est particulièrement jugée inquiétante par les enquêteurs : il s'agit d'une vidéo mise en ligne appelant les citoyens "à s'armer" en vue d'une révolution. Cette déclaration avait fait l'objet d'une dénonciation par Christophe Castaner, alors ministre de l'Intérieur, au titre de l'article 40 du code de procédure pénale. L'enquête vise par ailleurs des propos jugés racistes ou haineux.»

Alain Soral a été condamné plusieurs fois par la justice. Sa dernière condamnation date de la fin juin en appel : 5 000 euros d'amende, avec possibilité d'emprisonnement en cas de non-paiement, pour contestation de l'existence de la Shoah.

Le 6 juillet, ses deux chaînes YouTube ont été supprimées par la plateforme américaine de vidéos en ligne, pour «enfreintes répétées aux conditions d'utilisation».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»