Le ministre de l'Agriculture perd ses nerfs et arrache le micro d'un journaliste de France 5 (VIDEO)

Le ministre de l'Agriculture perd ses nerfs et arrache le micro d'un journaliste de France 5 (VIDEO)© Martin BUREAU Source: AFP
Le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume au salon de l'Agriculture, porte de Versailles à Paris, le 21 février 2020 (image d'illustration).

Poussé dans ses retranchements, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a perdu ses nerfs et arraché le micro d'un journaliste de France 5 alors que celui-ci l'interrogeait sur une récente affaire concernant la maltraitance animale.

Le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume est sorti de ses gonds le 26 février au Salon de l'agriculture, alors qu'un journaliste de France 5, Tancrède Bonora, l'acculait à répondre à ses questions sur une controverse concernant les abattoirs Sobeval. Au moment où le journaliste l'accusait d'avoir un «double langage», le ministre lui a en effet arraché le micro d'un geste brusque et rapide. Semblant prendre rapidement conscience de l'aspect pour le moins inapproprié de son geste, le ministre a rendu son micro au journaliste quelques secondes plus tard, en arguant que ce dernier le lui avait «mis dans la bouche». 

En toile de fond de ce coup de sang ministériel : l'affaire des abattoirs Sobeval, qui met l'exécutif dans l'embarras. Ces abattoirs sont la cible de l'association de défense des animaux L214 qui en avait demandé la fermeture le 20 février après la diffusion d'une nouvelle vidéo montrant, selon elle des, infractions «multiples», notamment «des signes de conscience ou sensibilité» des animaux au moment de leur mise à mort.

La préfecture de la Dordogne avait assuré dans un premier temps n'avoir pas décelé de «non-conformité à la réglementation» évidente, mais L214 est revenu à la charge le 25 février, affirmant que des échanges de courriels internes au ministère de l'Agriculture, adressés par erreur à l'association, montraient que les infractions étaient «avérées». L'association a cité un courriel attribué à un fonctionnaire du ministère, qui écrit que les non-conformités sont «indéniables, voire majeures».

Ces fuites ont poussé le ministère de l'Agriculture à annoncer le même jour la mise en œuvre d'une «enquête approfondie». La direction générale de l'Alimentation (DGAL) diligente «une nouvelle inspection de l'établissement» Sobeval, a fait savoir le ministère dans un communiqué publié le 25 février dans la soirée.

Selon L214, les  échanges datant du 19 et 20 février «trahiss[aient] l'inquiétude générée par ces nouvelles images». Le Parisien rapporte que dans l'un des mails qui a fuité, un haut responsable  affirme avoir «fait la liste des NC [non-conformités] indéniables, voire majeures relevées». Un autre courriel venant du cabinet du ministre insisterait en ces termes : «Il nous faut des edl [éléments de langage] béton pour ce soir».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»