Blanchiment : quatre ans ferme requis en appel contre Patrick Balkany, deux contre son épouse

- Avec AFP

Blanchiment : quatre ans ferme requis en appel contre Patrick Balkany, deux contre son épouse© Martin BUREAU / AFP
Image d'illustration.

Cinq ans de prison, dont quatre ferme ont été requis en appel contre Patrick Balkany, sans incarcération immédiate, pour blanchiment. Quatre ans, dont deux ferme sont requis contre son épouse Isabelle Balkany, maire par intérim de Levallois-Perret.

L'accusation a requis ce 11 février cinq ans de prison, dont un an avec sursis, sans incarcération immédiate, contre le maire Les Républicains de Levallois-Perret Patrick Balkany jugé en appel pour blanchiment aggravé de fraude fiscale et prise illégale d'intérêt.

A l'encontre de son épouse Isabelle Balkany, le parquet général a demandé quatre ans de prison, dont deux avec sursis. L'accusation a aussi demandé que soit infligée une peine de dix ans d'inéligibilité contre les édiles et requis l'exécution provisoire de cette peine complémentaire.

En revanche, tenant compte d'une récente expertise médicale faisant état d'une dégradation générale de la santé de Patrick Balkany, 71 ans, l'accusation n'a pas exigé de mandat de dépôt à l'audience. Hospitalisé presque sans discontinuer depuis la mi-décembre, l'ancien baron des Hauts-de-Seine n'a pas assisté à son procès en appel.

Le parquet général a relevé que la maire par intérim – depuis l'incarcération de son époux en septembre – avait «reconnu une faute», même si, souvent absente ou opposant son droit au silence, elle avait «réservé l'essentiel de son énergie au tribunal médiatique».

Le parquet général a également demandé la saisie des biens du couple, en particulier le luxueux moulin de Giverny (Eure) dont ils conservent l'usufruit.

Les Balkany sont soupçonnés d'avoir dissimulé 13 millions d'euros d'avoirs au fisc entre 2007 et 2014, notamment deux somptueuses villas, à Saint-Martin et à Marrakech.

S'ils ont reconnu quelques «fautes» et la propriété de la villa antillaise, ils contestent vigoureusement le montant des avoirs en cause et se targuent de n'avoir jamais détourné «un centime d'argent public».

Le couple persiste à nier détenir un riad à Marrakech. Et ce, en dépit des peignoirs brodés aux initiales «PB», des livres dédicacés, des meubles payés par Isabelle Balkany.

En première instance, le tribunal avait condamné Patrick Balkany à cinq ans de prison pour blanchiment aggravé avec incarcération immédiate, et son épouse à quatre ans d'emprisonnement, mais sans mandat de dépôt eu égard à sa fragile santé. Tous deux avaient été condamnés à dix ans d'inéligibilité et la saisie de leurs biens avait été ordonnée.

Cette lourde condamnation venait s'ajouter aux peines de prison ferme infligées pour fraude fiscale : quatre ans pour lui et trois ans pour elle.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»