Manifestant frappé au sol par un policier : une enquête judiciaire ouverte et confiée à l'IGPN

- Avec AFP

Manifestant frappé au sol par un policier : une enquête judiciaire ouverte et confiée à l'IGPN© Handout Source: AFP
Le policier filmé en train de frapper un manifestant un sol, le 18 janvier à Paris.

Après la diffusion de vidéos montrant un homme au visage ensanglanté se faire frapper au sol par un policier lors de son interpellation en marge de l'acte 62 des Gilets jaunes à Paris, une enquête judiciaire a été ouverte et confiée à l'IGPN.

Le parquet de Paris a fait savoir ce 19 janvier qu'une enquête pour «violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique» avait été ouverte et confiée à l'IGPN, la police des polices, à la suite de la diffusion de vidéos de l'interpellation d'un homme, lors de l'acte 62 des Gilets jaunes à Paris, marqué par des affrontements entre casseurs et forces de l'ordre.

Sur les images diffusées sur les réseaux sociaux, le manifestant est allongé au sol devant l'armurerie de la gare de l'Est, le visage ensanglanté, quand le policier, qui le maintient, lui assène au moins deux coups de poing.

Sur un autre angle de la scène, filmée par l'AFP TV autour de 14h30, l'homme, couché sur le ventre et déjà menotté, crie de douleur quand le policier lui appuie son genou sur le bras.

«Le préfet de police a demandé à la Direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) de faire toute la lumière sur cette action», a déclaré la préfecture de police à l'AFP. «Une enquête administrative interne a été confiée au service d'évaluation et de contrôle» afin «de faire toute la lumière sur cette action», a-t-elle ajouté.

Ces nouvelles enquêtes, judiciaire et administrative, sont ouvertes alors que l'exécutif a changé de ton face aux violences policières. Le 14 janvier, le président de la République a fait pression sur le ministère de l'Intérieur en réclamant des «propositions» rapides «pour améliorer la déontologie» des forces de l'ordre. Quelques jours auparavant, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner avaient consacré une bonne partie de ses vœux à la police nationale au devoir «d'exemplarité» et à l'éthique.

Lire aussi : Violences policières : «Macron joue au pompier pyromane», les policiers de terrain réagissent

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»