Les sénateurs interdisent les cabines UV trop dangereuses pour la santé

© Eric Gaillard Source: Reuters

La Haute Assemblée a décidé de bannir à compter de 2017 les cabines de bronzage à UV, jugées trop nocives pour la santé. Un texte qui a peu de chance d'être confirmé par l'Assemblée, la ministre étant opposée à une interdiction totale.

«Le rôle nocif de ces cabines, dans l'apparition des cancers de la peau, est scientifiquement établi par le Centre international de recherche sur le cancer», a déclaré à l'AFP le sénateur Jean-François Longeot (UDI-UC) en soulignant que «les cancers de la peau ont plus que doublé en dix ans».

Dans la nuit de mardi à mercredi les sénateurs ont donc décidé de prendre le taureau par les cornes et d'interdire tout simplement les cabines de bronzage en 2017. Cet amendement adopté dans le cadre de l'examen du projet de loi Santé a néanmoins peu de chance d'aboutir. Les députés devraient en effet le retoquer lors du retour du texte dans l'hémicycle, la ministre elle-même y étant opposée. «La nocivité de l'exposition aux rayons UV est avérée et l'augmentation des mélanomes doit nous conduire à agir. Mais faut-il interdire ?», a ainsi réagi Marisol Touraine.

Dans le même temps, les sénateurs ont amendé un texte concernant les mannequins trop maigres. Alors que le projet prévoyait qu'en dessous d'un certain taux d'indice de masse corporelle (IMC), les mannequins seraient interdites de podiums en France, les sénateurs ont eux préféré supprimer ce critère pour mieux remettre le médecin du travail au coeur de la détection de l'anorexie mentale dans ce métier.

Une décision qui va encore à l'encontre des projets de la ministre de la Santé qui rappelle que ce texte, et le taux d'IMC minimal, visait l'extrême maigreur et non l'anorexie mentale. Le débat sur le projet de loi Santé, entamé lundi, doit se poursuivre jusqu'au 2 octobre, avant un vote solennel le 6 octobre.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales