Antisionisme et antisémitisme : 127 intellectuels juifs s'opposent à la résolution Maillard

Antisionisme et antisémitisme : 127 intellectuels juifs s'opposent à la résolution Maillard© CHARLY TRIBALLEAU / AFP Source: AFP
Le député Sylvain Maillard, qui porte la proposition de résolution.

Dans une tribune, 127 intellectuels et universitaires juifs du monde entier demandent aux députés français de s'opposer à la nouvelle définition de l'antisémitisme, qu'ils accusent de vouloir faire taire toute critique d’Israël et du sionisme.

«Ne soutenez pas la proposition de résolution assimilant l’antisionisme à l’antisémitisme», peut-on lire en titre d'une tribune publiée dans Le Monde le 2 décembre et cosignée par 127 universitaires et intellectuels juifs du monde entier. Dans leur ligne de mire, la résolution controversée visant à adapter la définition de l'antisémitisme de l'Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste (IHRA) dans le droit français et que les députés doivent voter le 3 décembre. Le texte affirme notamment que la critique de l'Etat d'Israël en tant que «collectivité composée de citoyens juifs» équivaut à de l'antisémitisme.

Le texte, proposé par le député de Paris Sylvain Maillard, est censé concrétiser les déclarations du président Emmanuel Macron au dîner annuel du Crif. «La France, qui l'a endossée en décembre avec ses partenaires européens, mettra en œuvre la définition de l'antisémitisme adoptée par l'Alliance internationale pour la mémoire de la Shoah», avait-il alors déclaré. «Il ne s’agit pas de modifier le Code Pénal. Il s’agit de préciser et raffermir les pratiques de nos magistrats ou de nos enseignants», avait-il précisé.

«Nous, universitaires et intellectuels juifs, d’Israël et d’ailleurs, dont beaucoup de spécialistes de l’antisémitisme et de l’histoire du judaïsme et de l’Holocauste, élevons notre voix contre cette proposition de résolution», protestent les signataires de la tribune de leur texte qui voient dans cette définition un danger pour la liberté d'expression pouvant être utilisé contre toute critique de l'Etat d’Israël et du sionisme. 

«Depuis des années, le gouvernement israélien du premier ministre Benjamin Netanyahou dénonce comme antisémite toute opposition à sa politique. Netanyahou lui-même a défendu avec force l’assimilation de l’antisionisme à l’antisémitisme, ainsi que la définition de l’IHRA. Cela illustre la manière dont la lutte contre l’antisémitisme a été instrumentalisée pour protéger le gouvernement israélien», lit-on plus loin. 

 «Critiquer l’existence même d’Israël en ce qu’elle constitue une collectivité composée de citoyens juifs revient à exprimer une haine à l’égard de la communauté́ juive dans son ensemble», peut-on notamment lire dans l'exposé des motifs de la proposition de résolution présentée aux députés français. Cette phrase est pointée du doigt par les signataires qui y voient la négation de l'existence d'environ «20 % de la population d’Israël» qui n'est pas composée de juifs mais de «citoyens palestiniens, dont la plupart sont musulmans ou chrétiens».

«Pour les Palestiniens, le sionisme représente la dépossession, le déplacement, l’occupation et les inégalités structurelles [...] Ils s’opposent au sionisme non par haine des juifs, mais parce qu’ils vivent le sionisme comme un mouvement politique oppressif», lis-t-on par ailleurs dans la tribune du Monde

Des désaccords au sein même de la majorité

Sans valeur contraignante, la résolution ne fait pas non plus consensus au sein de la majorité : deux «marcheurs», Gwendal Rouillard et Fadila Khattabi, ainsi qu'une poignée de députés PCF et MoDem, ont demandé, également dans Le Monde, le retrait du texte, qui «répond de manière très contestable à de vraies questions» de lutte contre l'antisémitisme.

«Sauf à envoyer un message politique désastreux, il ne peut être question de renoncer à ce projet, approuvé de longue date par le bureau de notre groupe», a répondu de son côté le chef des députés LREM de l'Assemblée Gilles Le Gendre, qui fait par ailleurs partie des députés ayant présenté la proposition de résolution dans un courrier interne dont l'AFP a eu connaissance. 

Le président de groupe parlementaire a cependant dit «prendre en compte» les préoccupations de certains en acceptant la création d'une mission d'information «sur l'évolution des différentes formes de racisme et de discrimination». 

Lire aussi : Antisionisme et antisémitisme : la résolution polémique proposée par un député LREM crée des remous

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»