Deux mois après l'incendie de Lubrizol, les Rouennais réclament toujours «la vérité»

Auteur: RT France

Le 26 novembre, deux mois après l'incendie de Lubrizol, plusieurs centaines de personnes ont défilé entre le palais de justice et l'usine chimique pour réclamer «la transparence et la vérité». Pour les protestataires, des zones d'ombres demeurent.

A l’appel d’un collectif de syndicats et d’associations, plusieurs centaines de personnes ont défilé, le 26 novembre à Rouen, pour «faire avancer la transparence et la vérité» un mois après l’incendie qui a ravagé l’usine Lubrizol dans la cité normande

Le cortège s’est élancé vers 18h depuis le palais de justice pour terminer sa marche au niveau du site de l’usine chimique où une délégation a été reçue par la direction de Lubrizol . En signe de protestation, un agriculteur a déposé des légumes impropres à la consommation. Par ce geste, il entend contester le refus de Lubrizol d’indemniser les acteurs de la profession qui ont de leur côté lancé une procédure judiciaire à son encontre.

Valérie Tanchon, coprésidente de L’Association des sinistrés de Lubrizol (ASL), a déploré au micro de RT France l’absence d’avancées significatives sur ce dossier : «Deux mois après, on ne connaît toujours pas la vérité sur l’origine de l’incendie», constate-t-elle, regrettant une succession de réunions organisées par les autorités au cours desquelles les sinistrés ne pourraient pas prendre la parole.

 

Au micro de RT France également, Guillaume Bestaux, un avocat qui a décidé de conseiller gracieusement des plaignants, dénonce également le manque de transparence du gouvernement sur ce dossier : «Le secret de l'enquête semble bien gardé», a-t-il estimé.

5 253 tonnes de produits chimiques dont plus de 60% d'«additifs multi-usages» ont été détruits dans l’incendie de l’usine Lubrizol, selon une liste publiée, le 1er octobre, sur le site internet de la préfecture de Seine-Maritime.

«Tous les produits ne sont pas dangereux. La dangerosité dépend de la quantité présente, du devenir des molécules après avoir brûlé, et de la manière dont on est exposé [contact cutané, inhalation, ingestion]», est-il précisé dans l’un des documents joints à la liste des produits incendiés. La préfecture avait également mis en ligne sur son site les 479 «fiches de sécurité» qui «précisent les caractéristiques des produits et les risques associés, notamment en cas de combustion».

Lire aussi : Rouen : des habitants manifestent de nouveau pour exiger «la vérité» sur l'incendie (IMAGES)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»