Ouverture du procès du FN pour «complicité» d’escroqueries lors du financement de ses campagnes

Ouverture du procès du FN pour «complicité» d’escroqueries lors du financement de ses campagnes© LIONEL BONAVENTURE Source: AFP
Le logo du Front national, devenu par la suite Rassemblement national, ici en 2016.

Le FN, devenu Rassemblement national, est jugé pour «complicité» des escroqueries dont sont accusés notamment les dirigeants du micro-parti Jeanne et la société de communication Riwal, liées au financement de campagnes entre 2012 et 2015.

Le Front national (FN) se retrouve sur le banc des accusés. Le parti, devenu Rassemblement national (RN) en 2018, est jugé jusqu'au 29 novembre en tant que personne morale pour «complicité» des escroqueries dont sont accusés, notamment, le trésorier du RN Wallerand de Saint-Just, les dirigeants du micro-parti de Marine Le Pen Jeanne et la société Riwal, dirigée par l'ancien leader du GUD Frédéric Chatillon. Marine Le Pen a pour sa part bénéficié d'un non-lieu et a expliqué ne pas être au courant d'un montage financier. 

Selon les juges d'instruction : des kits de campagne standardisés (tracts, affiches, site internet) à destination des candidats FN aux législatives de 2012 et fournis par Riwal, auraient été surfacturés, afin d'obtenir de l'Etat un remboursement des frais de campagne plus important (l'Etat rembourse en effet les dépenses de campagne des candidats dépassant 5% des voix).

«Nous allons contester avec virulence ces accusations infamantes [...] Il est sidérant qu'après cinq ans d'instruction, l'accusation ne soit pas en mesure de chiffrer cette allégation de surfacturation», a confié à l'AFP l'avocat du parti, David Dassa-Le Deist, soulignant qu'«aucun texte ne fixe de tarif».

Le tribunal correctionnel doit également examiner des montages jugés douteux mis en place par Jeanne, l'eurodéputé Jean-François Jalkh et Frédéric Chatillon, à l'occasion des municipales de 2014, des européennes de la même année et des départementales de 2015.

Lire aussi : Emplois présumés fictifs au RN : mis en examen, Jean-Marie Le Pen dénonce une «arnaque politicienne»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»