Attaque à la préfecture : Nunez contraint de voler au secours de Castaner en pleine audition

Attaque à la préfecture : Nunez contraint de voler au secours de Castaner en pleine audition© STEPHANE DE SAKUTIN Source: AFP
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d'Etat Laurent Nunez.

Devant la commission des lois, le ministre de l'Intérieur a montré de sérieuses lacunes sur la classification des informations qui touchent à l'organisation des services de renseignement. Son secrétaire d'Etat est intervenu pour le corriger.

Fortement critiqué par l'opposition, qui réclame haut et fort sa démission depuis l'attaque à la préfecture de police de Paris, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a-t-il un peu plus fragilisé sa position lors d'une audition devant la commission des lois ce 10 octobre ?

Interrogé sur les fonctions attribuées dans le cadre de son travail à l'auteur de l'attentat, le ministre n'a pas brillé par sa connaissance des règles liées à la classification des informations. «Je crois qu'on va pouvoir vous communiquer la fiche de poste de l'auteur», a-t-il ainsi répondu, avant de se faire immédiatement reprendre par son secrétaire d'Etat, Laurent Nunez. «Elle est forcément classifiée parce qu'elle touche à l'organisation. Tout ce qui touche à l'organisation des services de renseignement sont classifiés donc on pourra pas vous la communiquer, mais on peut en parler», a expliqué ce dernier, visiblement bien plus au courant des règles en vigueur que le ministre.

Semblant vouloir donner le change, Christophe Castaner a alors tenté de reprendre la main, sans beaucoup plus de succès : «Vous savez ce qu'on va faire? On va la communiquer à la mission.» Mais il s'est de nouveau fait corriger, cette fois par le président de la commission des lois Philippe Bas, qui lui a rappelé que l'information était à communiquer «à la délégation parlementaire au renseignement».

Christophe Castaner, qui n'entend pas démissionner, a reconnu un «dysfonctionnement d'Etat» mais pas un «scandale d'Etat» après la tuerie de la préfecture de police survenue à Paris le 3 octobre, qui a fait quatre morts. Le ministre de l'Intérieur a fermement rejeté les appels à sa démission, venus principalement des rangs de la droite, assurant qu'il ne cherchait pas à se «dédouaner».

Lire aussi : Attaque à la préfecture : Castaner reconnaît un «dysfonctionnement d'Etat», pas un «scandale d'Etat»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»